LA PETITE REINE, LES PETITES SERINGUES ET LE PETIT ECRAN

Sur les bords de la route, la popularité du Tour de France ne se dément pas. La foule acclame les valeureux coureurs qui doivent s’adapter à des changements extrêmes des conditions de course. En un coup de pédale, ils passent des sommets au descentes des cols, de la chaleur au grand froid et l’eau minérale ne suffit pas. Mais quel est l’impact de la télévision sur l’utilisation des substances interdites ?

 

tdfrance

Un retour en arrière s’impose. Le recours aux produits dopants est aussi ancien que le cyclisme professionnel. En 1924, dans un livre au titre évocateur, « Les forçats de la route», Albert Londres rapporte un dialogue des frères Pélissier à propos des substances au pouvoir explosif qu’ils ingurgitent. Dans un sport aussi exigeant, le recours à des stimulants n’est pas surprenant mais, à cette époque, la consommation de « remontants » n’est d’ailleurs pas réservée au cyclisme. D’autres sports connaissent le même phénomène. De manière générale, le dopage a longtemps été toléré dans nos sociétés. L’idée qu’un individu puisse aller au bout de ses capacités grâce à l’assistance de produits spécifiques était acceptée dans le monde du sport comme celui de l’entreprise. Les mouvements d’inspiration religieuse qui luttaient contre cette tendance ne parvenaient pas à imposer leur point de vue. Il a fallu attendre le décès d’un sportif danois, un cycliste, Knud Enemark Jensen pendant les Jeux olympiques de 1960 pour observer un revirement sur le sujet. L’électrochoc qu’il a provoqué a conduit rapidement aux premiers contrôles anti-dopage sur le Tour de France.

Dans le peloton professionnel, le dopage est une norme comportementale. Des rites d’initiation existent même entre coéquipiers. Les rares cyclistes qui se soustraient à cette pratique doivent respecter la « loi du silence » pour continuer à appartenir à la famille cycliste. Plusieurs changements ont secoué cette tradition dans les années 1990. Tout d’abord au niveau des produits. A la différence des amphétamines et des corticoïdes qui n’étaient pas censés bouleverser la hiérarchie sportive, de nouvelles substances telles que l’érythropoïétine (EPO), susceptibles de créer des écarts décisifs entre coureurs, ont fini par émerger. En même temps, des médias inquisiteurs se sont invités à la chasse aux coureurs dopés. En 1998, la mise au jour d’un scandale impliquant presque toute l’équipe Festina a excité le public presque autant que l’affaire Gregory une quinzaine d’années plus tôt. Le spectaculaire retrait des sept titres de vainqueur du Tour de France à Lance Armstrong, coureur américain surdopé, est parfois perçu comme un message fort : les autorités ne seront plus jamais ambigües sur la question. Cette forme de triche qu’est le dopage sera maintenant combattue sans compromission.

Le record de vitesse du Tour de France que Gino Bartali avait battu en 1948 avec une moyenne de 33,404 km/h a été pulvérisé à de nombreuses reprises depuis. En 1992, Miguel Indurain dépassait les 39 km/h. En dehors des années 1993 et 1994, aucune moyenne n’est descendue en dessous de cette barre. L’année après l’affaire Festina, le Tour a dépassé la vitesse des 40 km/h (!) et l’on peut ajouter que Lance Armstrong, même si cela ne compte pas, a franchi le mur des 41 km/h – la moyenne du second la même année, non dopé théoriquement, était impressionnante. Pour rendre compte de l’augmentation de la vitesse du vainqueur, invoquer immédiatement le dopage serait quelque peu précipité. De nombreux facteurs explicatifs méritent d’être pris en compte à long terme : l’amélioration de la qualité des routes ; un tracé plus humain, c’est-à-dire avec une diminution de la distance totale à parcourir et des étapes plus courtes ; du matériel plus performant et un meilleur encadrement médical. Tous ont contribué à une augmentation sensible de la vitesse du gagnant.

Cependant, sur une courte période, ces arguments peinent à convaincre. Dès lors que les épreuves sont de longueur équivalente, que le matériel change peu, etc…, l’interprétation de l’augmentation de la vitesse moyenne doit s’appuyer sur d’autres éléments. Certains relèvent du plus haut comique : un vent favorable pousserait les coureurs dans le dos ou encore le parcours descendrait plus qu’il ne monterait. De manière logique, comment comprendre que le vainqueur « propre » d’un Tour de France roule plus vite que le gagnant dopé de l’année d’avant ? C’est ici que la problématique du dopage resurgit. Les affaires médiatisées ne se sont pas accompagnées d’une révolution culturelle dans le peloton, d’un changement significatif des attitudes de coureurs. Sans même parler de l’appât du gain, une décision récente des organisateurs risque d’avoir un effet contre-productif : il s’agit de la diffusion de l’intégralité de l’étape à la télévision.

En effet, la folle épopée du Tour de France s’est souvent nourrie d’un scénario identique : des étapes de plaine où le peloton roulait à fond pendant les quarante derniers kilomètres, éventuellement afin de rattraper d’éventuels échappés, et des étapes de montagne où la grande bagarre entre les favoris commençait rarement deux cols avant l’arrivée. Il y avait des moments de récupération. C’est pourquoi les organisateurs ont imaginé des étapes un peu différentes, plus nerveuses, pour créer davantage d’animation. Cela veut dire solliciter davantage des organismes déjà bien éprouvés. Diffuser une étape de A à Z, c’est renforcer cette volonté de tuer les temps morts. Evidemment, la chaîne peut toujours meubler avec les messages des annonceurs, avec des reportages sur des coureurs ou les villes parcourues mais garder l’antenne quand rien ne se passe est une gageure. La décision de diffuser tout le Tour rejoint en fait celle d’inventer de nouveaux tracés d’étape. La chasse au moment de récupération du peloton est une incitation indirecte au dopage. Plus le Tour est exceptionnel, plus les étapes sont « dantesques » et plus les hommes doivent s’adapter aux difficultés proposées alors qu’ils ne sont justement pas des surhommes.

Conseils de lecture :

Houlihan Barrie, Dying to Win: Doping in Sport and the Development of Anti-doping Policy, Paris, Conseil de l’Europe, 2002.
Londres Albert, Les forçats de la route, Arléa, 1997.

PAR DESSUS LE MARCHE

Un enfant qui détient un gros paquet de bonbons finit par se faire gourmander par un adulte s’il refuse d’en offrir à ses camarades qui demeurent hypnotisés par tant de sucreries. Dans le cas de l’Europe, il semble bien que sa position vis-à-vis du problème des migrants ne lui vaut guère de remontrances.

migrants

Notre propos n’est pas de sortir les violons afin de discuter du sujet. Il y a quelque chose de pathétique dans la nécessité de diffuser des images de naufragés, de pauvres hères à la dérive, pour obliger les citoyens des pays riches à sortir de leur indifférence face aux drames qui se jouent sur les autres continents. L’image du cadavre du petit Aylan échoué sur une plage constitue le summum en la matière. D’un coup, les bonnes consciences se réveillent. La position de l’opinion publique autorise les dirigeants les plus audacieux, Angela Merkel principalement, à procéder à une ouverture de leurs frontières. Dès que l’émotion retombe et que des problèmes d’intégration se posent, un retournement du sentiment général se produit. Les portes se referment. Entre les partisans d’une absorption dictée par un élan du cœur et les défenseurs d’une hypothétique pureté nationale, le ventre mou ne paraît guère intéressé par ces questions. En fait, il n’y a rien de neuf sous le soleil. Après la conférence d’Evian de 1938, Hitler s’est beaucoup moqué des chefs d’Etat qui lui faisaient la leçon mais dont aucun ne voulait des Juifs allemands qu’il offrait de bonne grâce. Pour pouvoir mieux se regarder dans la glace, une capacité à oublier son comportement passé est parfois salutaire.

La théorie économique aide à souligner l’incohérence des pays riches dits du Nord. Les libéraux sont d’accord pour attribuer un rôle central au marché mais des désaccords subsistent entre eux sur un point crucial : l’égalité est-elle un préalable ou le résultat des échanges marchands ? Le prix Nobel Maurice Allais, qui a été récupéré par l’extrême droite, juge qu’il s’agit d’un préalable. Si les pays ne se trouvent pas à un niveau économique proche, le marché génère de l’instabilité – des délocalisations et du chômage dans nos contrées par exemple. Cette position se traduit par une vision étriquée du commerce mondial qui ne correspond pas à l’économie mondialisée d’aujourd’hui. Notons toutefois qu’elle possède une certaine logique : pour être sûr que le meilleur remporte la compétition, les différences initiales doivent être limitées parce que, avec 90 mètres d’avance, un enfant peut battre Hussein Bolt aux 100 mètres. Adam Smith, au contraire, nie l’importance de la situation de départ. Selon lui, c’est le marché qui conduit à un nivellement. On change d’emploi tant qu’un salaire supérieur est offert. L’économie devient stable à l’instant où, pour un même type de travail, les salaires sont égaux. Ici, pas de restriction aux échanges : plus le marché est vaste et plus élevées seront l’efficacité productive et la rentabilité.

Dans le monde idéal de Smith, qui sert de modèle aux partisans de la mondialisation, les biens circulent librement sur le marché. Les pays qui bénéficient d’un avantage dans la production d’un bien – savoir-faire, source d’approvisionnement d’une matière première… – en font profiter les autres nations. Tout le monde est gagnant, l’exportateur comme l’importateur qui peut ainsi consacrer ses ressources productives à des fins plus utiles. Et si le marché est mondial, non seulement les marchandises mais aussi les capitaux et les travailleurs doivent pouvoir circuler librement. Or, il est naturel que les conditions de vie des pays riches attirent les habitants des pays du Sud. L’essor économique dans les régions pauvres n’est pas assez rapide pour les maintenir chez eux. C’est une conséquence inévitable des disparités économiques entre les pays développés et les autres. Indépendamment des guerres, les mouvements migratoires s’apparentent à de simples ajustements qui surviennent sur un marché du travail en passe de devenir mondial.
Comment est-il possible que les mouvements d’une élite globalisée faite de super managers capables de travailler partout dans le monde suscitent l’admiration quand, en même temps, ceux de masses pas toujours qualifiées provoquent l’effroi ? Imaginer qu’il est envisageable pour les pays riches d’exporter durablement des biens et des capitaux, avant de rapatrier les revenus de ces opérations, les aspects souhaités de la mondialisation, cela sans en subir les effets indésirables, n’est pas très sérieux. A cet égard, la position de Maurice Allais est plus compréhensible : non à la mondialisation – les pays riches doivent faire du commerce entre eux, idem pour les pays pauvres. Cela minimise les avantages comme les inconvénients des échanges internationaux. La position protectionniste de Donald Trump est tournée en dérision mais, en définitive, le Président des Etats-Unis ne fait rien d’autre que se focaliser sur un aspect de la mondialisation qui lui déplaît – le déficit commercial de son pays avec ses partenaires – sans être capable de regarder le tableau dans son ensemble. Il n’est pas le seul.

Comme Stephen Smith le démontre, une migration de l’Afrique vers l’Europe est inévitable. L’Union européenne compte 510 millions d’habitants et sa population est vieillissante. En 2050, il n’y aura plus que 450 millions d’Européens. Par contraste, 1,25 milliards de personnes peuplent l’Afrique dont 40 % de moins de 15 ans et, en 2050, sa population aura même doublée. Cette évolution démographique s’amorce alors que les Européens rechignent à partager généreusement leur paquet de bonbons. Ils emploient leur intelligence à élaborer des stratégies destinées à accroître uniquement leurs propres richesses, lesquelles seront une véritable pompe à aspiration dans les décennies à venir. Il serait de bonne politique d’anticiper dès maintenant le mouvement démographique à venir. Hélas, que voit-on ? L’humeur des Italiens qui n’en peuvent plus de servir de terre d’accueil aux migrants ; la duplicité des Français qui viennent les houspiller ; l’étrange conception de la charité des pays d’Europe de l’Est qui viennent quémander des bonbons aux puissances de l’Union mais refusent d’en rétrocéder une part infime aux plus miséreux ; etc… Qui a dit : « gouverner, c’est prévoir» ?

Conseils de lecture :

Delpard Raphaël, La conférence de la honte. Evian, juillet 1938, Michalon, Paris, 2015.
Smith Stephen, La ruée vers l’Europe: La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent, Grasset, Paris, 2018.

L’INFO A LA UNE…

Parler des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) est définitivement ringard. Il faut dire technologies de l’information et de la communication (TIC) afin de suggérer que les changements qu’elles induisent n’ont plus de mystère et sont bien maîtrisés. Pas sûr qu’ils le soient pourtant…

petits pois.jpg

D’après la typologie proposée par Elinor et Vincent Ostrom, les biens de l’ancienne économie sont ordinairement classés dans la catégorie des biens rivaux tandis que ceux de la nouvelle où l’information occupe une place essentielle sont non rivaux. Le critère de rivalité traduit l’idée que certains bien peuvent être consommés par plusieurs consommateurs en même temps alors que, pour d’autres biens, c’est impossible. L’aspect matériel d’une voiture l’associe à la classe des biens rivaux, au contraire des biens de la nouvelle économie. En effet, une information se partage. Non seulement sa détention n’empêche pas d’autres consommateurs d’y accéder mais sa valeur augmente souvent avec leur nombre. Les séries télévisées sont un exemple de ce type de biens : si l’audience est élevée, les chances qu’une nouvelle saison soit tournée augmentent. Dans le même ordre d’idée, la loi de Metcalfe stipule que la valeur d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses membres. L’impact de cette famille de biens n’est pas négligeable sur l’analyse économique.

La théorie économique standard s’appuie sur un personnage fictif, l’homo œconomicus, l’homme rationnel. C’est logique puisque l’économie est, parmi les sciences humaines, celle qui est centrée sur la rationalité des comportements. L’homo œconomicus établit son choix entre différents états de l’économie en procédant au calcul coût-avantage de chacun d’eux. Pour ce faire, il recourt à des techniques de calcul qui enchantent les étudiants en microéconomie. A l’évidence, le comportement de madame Michu ne peut lui être apparenté. La ménagère de 50 ans ne se rend pas au supermarché avec une calculatrice dans une main et une feuille de formules mathématiques absconses dans l’autre. Or, sans cette hypothèse de rationalité du consommateur, les résultats de la théorie économique standard deviennent très douteux – cela, bien que des économistes comme Milton Friedman aient soutenu que, si le modèle prédit des résultats correspondant à la réalité, peu importe si les hypothèses sont excessivement simplificatrices.

Outre l’homo œconomicus, une autre hypothèse du modèle standard s’est également trouvée rapidement sur la sellette : elle est relative à l’information. Celle-ci est supposée être transparente, gratuite et facilement accessible. Si ce n’est pas vérifié, la même suspicion pèse sur les conclusions à tirer de la théorie que dans le cas précédent. Or, on comprend bien le problème qui se pose. Imaginons un individu ultra-rationnel. A partir du moment où l’information devient coûteuse, son comportement change radicalement. Tant que l’information était gratuite, son intérêt était de poursuivre ses recherches le plus longtemps possible afin de dénicher le produit de ses rêves au prix le plus bas. Mais dès qu’un coût apparaît, que ce soit en temps ou en argent, c’est sa rationalité même qui lui ordonne d’interrompre sa quête. Aucun consommateur ne prospectera toutes les grandes surfaces de sa ville juste pour acheter une boîte de petits pois.

Dans la pratique, les agents économiques effectuent au moins intuitivement une distinction entre les multiples catégories de biens. Un bien immobilier ne s’achète pas habituellement sans quelques investigations personnelles. L’acheteur s’informera sur le prix du mètre carré. Il comparera plusieurs biens. Il est important qu’il transpire. Il faut posséder un incroyable aplomb pour acheter une maison lors de sa première visite sur la base d’arguments purement rationnels – nous laissons délibérément de côté les achats «coup de cœur » qui, par définition, échappent au champ de la rationalité. C’est ce qu’on appelle la « malédiction du coup de chance ». Plutôt que prendre conscience de sa bonne fortune, l’acheteur se dira souvent que, si à sa première visite il est tombé sur une telle occasion, avec quelques recherches supplémentaires, il parviendra à faire mieux. Par contraste, l’achat d’une boîte de petits pois, on l’a dit, ne nécessite pas d’efforts trop intenses.

Que viennent faire alors les technologies de l’information dans cette histoire ? On a observé que l’homo œconomicus ne pouvait donner sa pleine mesure en raison du coût de l’information, pour autant que le personnage existe bien sûr mais ceci n’est qu’un détail après tout. Le développement des technologies de l’information – sites Internet, comparateurs de prix… – conduit au bout du compte à une réduction significative de ce même coût. S’il suffit uniquement de cliquer sur un bouton pour localiser la boîte de petits pois la moins chère, pourquoi s’en priver ? Toute économie est bonne à prendre. Avec la quasi gratuité de l’information, le calculateur rationnel retrouve donc des couleurs. D’aucuns annoncent même sa revanche et s’en réjouissent : l’homo œconomicus is back ! La nouvelle est importante mais ce n’est pas l’unique conséquence de cette baisse du coût l’information.

En fait, les agents qui émettent l’information sont aussi concernés que ceux qui les reçoivent. La théorie de la « longue traîne » de Chris Anderson est une illustration du phénomène. De façon plus générale, c’est une démocratisation de l’information qui se produit. Pour un musicien, le passage par un grand studio n’est plus indispensable pour atteindre le public. S’il a du talent, s’il est dans l’air du temps ou s’il sait tout simplement se vendre, il aura l’opportunité de réussir sans cela. Mais cet accès quasi immédiat à la communauté des connectés, à cette caisse de résonance, n’est pas sans danger. Umberto Eco bougonnait : «les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel». Difficile de lui donner complètement tort d’autant que ces petits génies exigent en parallèle un « droit à l’oubli » pour les âneries qu’ils s’amusent à professer à la planète entière. Au moins, ils sont lucides…

Conseils de lecture :

Anderson Chris, Free ! Comment marche l’économie du gratuit, Paris, Champs, 2016.
Mattelart Armand, Histoire de la société de l’information, La Découverte, 2009.

LES ETATS DESUNIS D’EUROPE

A force de se taper les uns sur les autres, les pays européens ont décidé de favoriser les échanges économiques entre eux afin de rendre l’hypothèse de la guerre improbable. A l’exception de conflits à l’Est, le Vieux continent a été épargné par les guerres. Mission réussie sur ce plan. Réussie par ailleurs ? C’est moins sûr.

europe-desunie

Un retour à la vulgate de la construction européenne est indispensable pour comprendre ses difficultés actuelles. Les Français Jean Monnet et Robert Schuman sont considérés comme ses pères fondateurs et la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) sa première pierre. L’objectif est politique puisqu’il s’agit de développer la coopération au sens large entre pays membres mais les moyens mis en œuvre sont prioritairement économiques. A cet égard, la réussite semble impressionnante. Les stades de l’intégration économique se succèdent : une zone de libre-échange est créée en 1957 ; une union douanière, qui est une zone de libre-échange avec un tarif commun vis-à-vis de l’extérieur, en 1958 ; le marché commun, qui est une union douanière avec libre circulation des capitaux et des personnes, en 1993. Le passage à la monnaie unique parachève le mouvement. Aucune autre zone régionale n’est arrivée à ce niveau d’intégration. Le problème est que cette entente économique n’a pas été simplement le principal moyen de coopération intra-européenne : elle a été quasiment le seul.

En fait, si l’idée d’en finir avec les guerres qui ont ravagé le continent était louable, la dimension politique s’est assez vite réduite à cette réalisation. La création d’une Communauté Européenne de Défense (CED) a été torpillée en 1954 par la France, laquelle a également enrayé la tentative de doter l’Union d’une constitution en 2005. Alors, bien sûr, ce texte se retrouve à quelques virgules près dans le traité de Lisbonne de 2007 mais il n’était pas question de sortir les trompettes à cette occasion puisque faire entrer par la fenêtre un contenu rejeté par la porte du suffrage universel n’est pas le genre d’exploit dont les dirigeants européens pourraient avoir envie de se vanter. Qui sait que la Ministre des affaires étrangères de l’Union répond au doux nom de Federica Mogherini et que le véritable intitulé de son poste est « Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité » ? Est-ce l’air de Bruxelles qui contient du répulsif ? En raison de cette incapacité à instiller une incitation à s’élever au-dessus de ses intérêts égoïstes, chaque pays en est resté à défendre son bout de gras.

Sans ligne directrice politique, l’Union a creusé son sillon exclusivement dans le champ économique au point que ce qui n’était qu’un moyen à l’origine s’est mué au fil du temps en fin. Jusque-là, rien de bien dramatique en vérité. Les grandes idéologies ont provoqué de telles hécatombes au vingtième siècle que de nombreux Européens ne verraient pas forcément d’un mauvais œil cette orientation plutôt matérialiste. Les penchants individualistes qui ont été observés depuis plusieurs décennies dans nos sociétés s’expriment certainement mieux dans la célébration de la société de consommation que dans une manifestation pour assurer les droits d’une quelconque minorité le samedi après-midi. Tant qu’il part en vacances et qu’il mange bien en regardant la télévision, que demande le peuple ? Dans ces conditions, d’où viendrait la défiance en l’Europe ? Comment en est-on arrivé à cette situation où le véritable trait d’union de citoyens appartenant à des pays différents tend à devenir l’euroscepticisme ? Les pro Europe devraient avoir un boulevard, non ?

C’est là qu’apparaissent les énormes lacunes de nos dirigeants, leur folie, si ce n’est leur totale cécité. La question est en effet : de quelle Europe économique a-t-on réellement envie ? Et là, ces têtes d’œuf s’extasient ou le feignent devant le manque d’enthousiasme des populations face au menu proposé. Ce qui compte n’est pas que les citoyens des classes moyennes vivent dans le confort mais que les marchés soient efficients, que la concurrence batte son plein. La création de valeur pour l’actionnaire est synonyme de nirvana. A cette intention, le marché du travail n’est jamais assez flexible. Le patronat qui donne le la en France dit sans ambages que les travailleurs français doivent être plus mobiles. Que cela signifie que les citoyens connaissent la précarité et soient baladés d’un emploi à l’autre, d’une ville à l’autre, n’est pas un problème. Seuls les traditionnels pisse-vinaigres peuvent y trouver un motif de mécontentement. Certaines entreprises prospères licencient parce que, voilà, il faut préparer dès maintenant les prochaines conquêtes. Cette logique du « toujours plus » est sans limite. Autrement dit, l’économie n’est pas au service des populations mais d’elle-même.

En exagérant à peine, la société de consommation est une conséquence secondaire, positive certes mais secondaire, de cet emballement. La machine est lancée, dit-on, et il serait trop tard pour l’arrêter. Précisons qu’une partie non négligeable des « anti-systèmes » européens se contenterait de perspectives très raisonnables : pas forcément un emploi à vie dans la même entreprise mais la possibilité de se coucher le soir sans trembler pour ses revenus du lendemain, ne pas subir de chantage à l’emploi du type «travaillez plus et gagnez moins, sinon nous délocalisons » ou encore « tant pis si cela bouleverse votre vie personnelle mais, si vous ne prenez pas ce job, vous ne toucherez plus d’allocations ». L’impuissance de citoyens déboussolés explique en partie les comportements aberrants dans l’isoloir. Les résultats des dernières élections italiennes sont éloquents. L’Italie n’est pas simplement le pays de la mozzarella et de la pizza. Ce pays est membre du G7-G8, un groupe constitué des puissances économiques historiques. Ses électeurs ont permis aux dirigeants du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue de jouer un remake du pacte germano-soviétique. La différence est que les nazis et les communistes étaient alliés contre les démocraties. Cette fois, c’est une démocratie qui accouche de ce monstre censé la détruire.

Conseils de lecture :

Geary J. Patrick, Comment les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Champs, 2011.
Lowe Keith, L’Europe barbare, Paris, Tempus, 2015.

 

LE PRESIDENT ET LES RICHES

La tirade du Président Macron lors de son interview sur TF1, « Les riches n’ont pas besoin d’un président. Ils se débrouillent très bien tout seul » a suscité de nombreux commentaires. Cette défense face à une accusation qui lui colle à la peau comme le sparadrap du capitaine Haddock atteste de son étonnante méconnaissance des relations entre économie et politique à moins qu’elle n’éclaire sur ses obsessions profondes.

 

prés-riches.jpg

Le secours porté par le pouvoir politique aux nantis prend plusieurs formes parmi lesquelles la collusion. Le cas des oligarques russes est révélateur. Rappelons le contexte : le modèle communiste s’effondre à la fin des années 1980. Le système capitaliste lui succède mais il part de zéro. La transition d’une économie collectiviste vers le marché se traduit par une vague de privatisations. Le mouvement est brutal. Sous l’impulsion du Président Eltsine, les propriétés publiques sont cédées pour une bouchée de pain à des hommes d’affaires proches du pouvoir. Des fortunes émergent : Boris Berezovsky est la figure emblématique de ces personnages qui ont bâti leur richesse avec la complicité du sommet de l’Etat. Dépeçage en règle et corruption sont au menu. Ils se diffusent à l’ensemble de l’économie. Les dirigeants d’entreprise ne sont pas des énarques en costume cravate avec des jolies manières. Il s’agit d’individus louches qui se déplacent en voiture blindée avec des gardes du corps armés jusqu’aux dents. Elu avec l’aval des oligarques, Vladimir Poutine a entrepris de les faire rentrer dans le rang – non pas de les éliminer mais de les mettre au service de sa politique. D’où un conflit avec les récalcitrants comme Mikhaïl Khodrokovski, qui fut embastillé un temps mais était loin d’être une oie blanche.

Démontrer la collusion entre les élites politique et économique n’est pas simple. Il n’est en effet pas question pour elles de s’en vanter publiquement. Raymond Fisman et Edward Miguel ont été amenés à ruser afin de mettre au jour le phénomène en Indonésie. Vers la fin de son règne, l’hyperprésident Suharto a connu de sérieux ennuis de santé. Quand ils étaient portés à la connaissance du public, le cours de l’action du groupe Bimantara Citra chutait de façon spectaculaire à la bourse de Jakarta. Sa réussite était intimement liée à ses accointances politiques. Chaque fois au contraire qu’un espoir de rétablissement était en vue, le cours se redressait. Celui des compagnies dont la solidité économique ne dépendait pas de sa proximité avec le pouvoir politique n’a pas connu les mêmes turbulences. Russie, Indonésie, Italie, Slovaquie, Malte… Et cette problématique ne s’est pas arrêtée à la frontière française au contraire du nuage radioactif de Tchernobyl. De tous les Présidents de la République, Nicolas Sarkozy est probablement celui qui a affiché l’attitude la plus décomplexée vis-à-vis de cette connivence entre les mondes de l’argent et de la politique. Son séjour sur le yacht de Vincent Bolloré en est une parfaite illustration. Dans le même ordre d’idée, toute la presse a observé que la réforme de l’audiovisuel avait surtout profité à une entreprise dirigée par le parrain du dernier enfant Sarkozy.

Avant d’être Président, mais déjà associé au sommet de l’Etat puisqu’il était secrétaire adjoint de l’Elysée, Emmanuel Macron a commandé en 2012 un rapport secret sur la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric. Ni son supérieur direct, ni le Président Hollande qui vient de le confirmer dans son dernier ouvrage n’en avaient été informés. Le Canard Enchaîné souligne que le jugement de la commission parlementaire qui a enquêté sur cette vente est cinglant : ce sont presque exclusivement les intérêts des actionnaires, en particulier ceux de Bouygues, une nouvelle fois opportunément placé, qui ont été préservés – cela au détriment des intérêts de l’Etat. Non seulement l’homme qui allait devenir Président de la République a mis sa hiérarchie devant un fait accompli mais le mélange des genres laisse un goût bizarre. Emmanuel Macron est un ancien de la banque Rothschild, laquelle a empoché avec Bank of America un quart de milliard d’euros pour ses services dans la transaction. Cependant, l’assistance des dirigeants politiques aux riches est susceptible d’emprunter bien d’autres canaux. La politique fiscale est certainement la plus évidente.

Historiquement, la hausse de l’impôt sur le revenu durant la première partie du vingtième a contribué à réduire les inégalités avant que sa diminution par la suite ne les aggrave. Depuis la dernière élection présidentielle, de nombreuses mesures fiscales sont entrées en vigueur. Il serait fastidieux d’en dresser l’inventaire. Toutefois, selon une étude de l’OFCE, avec la transformation de l’impôt sur la fortune, l’instauration d’une flat tax, la réduction de l’impôt sur les sociétés et la fin de l’exit tax à venir, ce sont les 5% les plus riches qui sont les grands gagnants de la politique gouvernementale. Grâce notamment à la suppression progressive de la taxe d’habitation, les moins aisés sont censés s’y retrouver également en partie. Ainsi, la situation des plus riches s’améliore. Comment rendre compte de cette contradiction avec la déclaration de monsieur Macron? Parce que, d‘après lui, c’est le Président qui a besoin des riches et pas l’inverse. Il est prisonnier de sa théorie du « ruissellement » et des « premiers de cordée ». Il convient d’aider les meilleurs, de faire en sorte qu’ils ne quittent pas la France. Une gare, a-t-il dit, est « un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien ». Face à l’accumulation de critiques, il a enfoui le problème de façon astucieuse : grève des trains égale absence de trains égale absence de public dans les gares. Les deux populations ne s’opposent plus visiblement.

Conseils de lecture :

Fisman Raymond et Miguel Edward, Les gangsters de l’économie, Paris, Idm, 2012.
Madec Pierre, Plane Mathieu et Sampognaro Raoul, « Budget 2018 : pas d’austérité mais des inégalités », Paris, OFCE 30, janvier 2018.

ÇA A FAIT DES BULLES, C’ÉTAIT (PAS) RIGOLO !

Le petit épargnant rêve du placement qui le rendra riche si possible sans prendre de risque. Ignorant que le rendement est corrélé au risque, il n’est pas conscient que les « super plans» à la mode sont à prendre avec des pincettes. Les bulles spéculatives finissent forcément mal pour l’ensemble du système et, le plus souvent, pour eux également.

bulles

A bien des égards, le récent emballement provoqué par le bitcoin fait songer à la ruée vers l’or aux Etats-Unis au dix-neuvième siècle. Avant de revenir à des niveaux moins extravagants, la crypto-monnaie avait enregistré une hausse ahurissante pendant les mois précédents qui ne pouvait que déclencher les fantasmes les plus fous comme à l’époque des cow-boys. Evidemment, la quête de l’eldorado était devenue plus commode. Plus besoin de se rendre en Californie avec du matériel de prospection en risquant à tout instant de se faire scalper par des sauvages. Pour espérer décrocher la timbale, il suffisait de se rendre dans une maison du bitcoin et de suivre la file d’attente. Impossible de se perdre en route : Nabilla montrait le chemin. Le progrès mérite d’être apprécié à sa juste valeur mais l’essentiel n’est pas là. La véritable différence entre une simple aventure spéculative, la ruée vers l’or, et une bulle spéculative, doit être soulignée. En l’occurrence, puisque les audaces des uns et des autres sont évaluées à l’aune des marchés, un premier critère peut être avancé : une simple ruée concerne davantage le côté offre tandis que, dans une vraie bulle, les regards sont tournés vers la demande.

L’échauffement des sens a été intense dans la ruée vers l’or mais les débordements furent limités malgré tout. Si les chercheurs d’or n’en trouvaient pas en Californie, ils partaient prospecter plus loin. La folie collective restait ainsi soumise à la réalité économique. La découverte de nouveaux gisements menait à l’enrichissement de quelques-uns mais les forces du marché œuvraient à calmer le jeu. Une augmentation massive de l’offre d’or conduisait à une baisse de son cours. En fait, si le métal jaune avait fini par être aussi abondant que l’herbe dans la nature, sa valeur serait devenue presque nulle et plus personne se serait amusé à en rechercher. Il existait donc une sorte de rééquilibrage automatique. Ce lien maintenu entre l’état de l’offre et les prix est déterminant. C’est l’épreuve des faits qui évite ces dérapages que l’on observe dans les bulles. La ruée vers l’or n’est bien sûr qu’un exemple. D’ailleurs, à la même époque et au même endroit, une autre ruée, vers l’os (de dinosaure) cette fois, se produisit. Elle opposa de fameux paléontologues. Une excellente idée de western en vérité mais cela nous éloigne un tant soit peu du sujet.

Dans une bulle spéculative, rien n’apaise la demande. L’augmentation des prix attire les acheteurs à l’affût d’une belle occasion de placement. L’afflux des nouveaux arrivants renforce la hausse des prix et le phénomène s’auto-entretient. Une déconnexion s’opère entre le cours du produit, qui est normalement supposé refléter ses profits futurs, et son potentiel réel. Soyons clair : le décalage entre la dépense de l’investisseur (achat de machines, d’actions…) et les profits qu’il pourrait réaliser ensuite est consubstantiel au capitalisme. Ce qui est propre aux bulles est que cet écart devient complètement aberrant. Le système de crédit jette de l’huile sur le feu. Des agents économiques empruntent afin de profiter de la hausse du produit phare. De ce fait, les banques ne sont pas épargnées lorsque l’inévitable renversement du marché survient – John Rockefeller racontait que, quand son chauffeur lui parlait de la bourse, il estimait que c’était le moment de vendre. Cependant, toutes les bulles ne se déroulent forcément pas à l’intérieur des marchés de capitaux.

Le krach de 1929 est certes très présent dans l’imaginaire collectif. Des milliers de spéculateurs ruinés se seraient jetés par les fenêtres. Il était imprudent, dit-on, de se promener dans le quartier de Wall Street sans regarder vers le ciel. Un couple aurait sauté en se tenant par la main parce que les amoureux détenaient un compte joint. Toutefois, entre légende et humour grinçant, voire désir inconscient d’un sort que les Américains auraient bien réservé aux acteurs de la débâcle, l’explosion de cette bulle financière a été exagérée. Seuls quelques individus ont fait le grand saut. Dans un autre genre, la « tulipomanie » qui a frappé les Pays-Bas au dix-septième siècle permet de visualiser à quel résultat la fièvre qui s’empare de tout un peuple est susceptible d’aboutir. Au plus haut, la valeur d’un bulbe de tulipe dépassait le salaire d’un ouvrier spécialisé pendant 15 ans, c’est-à-dire le prix d’une modeste demeure. Quand on pense que certains associent les fleurs au romantisme ! Le secteur immobilier a connu également des bulles spectaculaires. A la fin des années 1980, si l’Empereur du Japon avait envisagé de vendre son petit palais impérial, il aurait obtenu en contrepartie l’intégralité des terres de Californie. Des regrets, monsieur le Tennô ?

La multiplication des krachs n’est pas juste une illustration des délires que l’espèce humaine est capable de générer. Elle met accessoirement en danger toute l’économie. Il y a contagion. A la suite de crise de 1929, les Etats-Unis qui étaient son épicentre ont enduré une terrible récession. Le taux de chômage est passé de 5% à 18% en dix ans. Voilà les raisons de la colère de la population américaine. Le Japon, qui était un modèle pour les autres pays riches, ne s’est toujours pas remis du moment où sa bulle a pété. Conscientes du risque encouru par la nation, ses autorités monétaires avaient pourtant tenté de procéder à un atterrissage en douceur. Raté. Des mesures de régulation des marchés qui puissent freiner ou, encore mieux, empêcher la propagation des crises seraient bien utiles. Si d’aventure les investisseurs institutionnels considéraient sérieusement de participer à une bulle type bitcoin, plutôt que se demander qui paiera les pots cassés, ne serait-il pas plus judicieux d’instaurer des mesures qui préviendraient la catastrophe à venir ?

Conseils de lecture :

Akerlof George et Shiller Robert, Les esprits animaux : Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie, Paris, Champs, 2013.
Roche Marc, Histoire secrète d’un krach qui dure, Paris, Albin Michel, 2016.