QUI VEUT DE MES JOLIS DECHETS ?

Environ 800 millions de tonnes de déchets sont produites chaque année en France. Selon les chiffres de l’ADEME, chaque habitant engendre l’équivalent de 600 kilos d’ordures ménagères. Et tous ces déchets doivent être traités, enfouis, recyclés… C’est du propre !

déchets

Même quand on remonte dans les temps les plus reculés, l’histoire de l’homme se confond avec celle de ses déchets. Dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs, les groupes humains se déplaçaient régulièrement pour se nourrir. La gêne était donc minime mais ils en produisaient déjà par leur activité, comme les armes usagées, comme leurs excréments. La sédentarisation a changé la donne. La forte concentration d’hommes dans les zones résidentielles pose le problème pour la première fois. Des solutions sont imaginées : les premières décharges voient le jour ; des sites d’enfouissement sont aménagés ; les restes de produits alimentaires servent d’engrais ; les métaux usagés sont fondus avant d’être réutilisés – le recyclage est une très vieille pratique, antérieure au mouvement écologiste et à l’économie circulaire. A Rome, les citoyens peuvent déposer leurs détritus dans des vases en terre cuite que les ancêtres des éboueurs viennent collecter. Pour les excréments, l’esclave du pot de chambre, le « lasanophorus », remplit une mission bien utile. Ceux qui n’ont pas les moyens de s’attacher les services d’un domestique doivent trouver une solution par eux-mêmes. Attention à ne pas céder à la tentation de balancer ses immondices par les fenêtres. C’est aussi mal reçu par les passants que par les autorités qui infligent de sévères sanctions.

Les déchets deviennent une réelle préoccupation à partir du onzième siècle. L’essor des villes et le développement économique en sont la cause principale. En l’absence d’un pouvoir central fort qui met en place des mesures drastiques pour limiter les nuisances, le Moyen Age est caractérisé par d’épouvantables conditions d’insalubrité. Les cochons jouent un rôle de nettoyeur en absorbant tout ce qui passe à portée de groin mais ils ne parviennent pas à endiguer le mouvement. Une des étymologies possibles de déchet est le mot « déchié », qui date du treizième siècle et correspond à ce qui tombe d’une matière travaillée comme la laine ou bien le coton. Il s’agit de résidu de la production. Il naît à cette époque où la saleté des villes, la pollution des rivières et la contamination des sols contribuent à la propagation des maladies. Il faut attendre le règne de Louis XIV pour qu’un roi mette réellement les doigts dans le cambouis : il rationalise la collecte des déchets et instaure une fiscalité punitive pour les contrevenants. Pourtant, la lecture des mémoires de Saint-Simon, qui décrivent la vie de la cour à Versailles, susciteraient un haut-le-cœur à toute personne respectant des règles basiques de propreté actuelles.

Avec la Révolution industrielle, l’urbanisation et la quantité de déchets s’accroissent. Cependant, la modernité propose rapidement des solutions efficaces pour relever le défi : l’incinération, qui évite la saturation des décharges, mais aussi le tout-à-l’égout et les boîtes à ordures fermées dites poubelles, du nom du préfet de Paris qui a imposé leur utilisation. Les chiffonniers qui pullulaient et accomplissaient une tâche équivalente à celle du cochon disparaissent du paysage : la valorisation des déchets n’est plus à l’ordre du jour. Dans ces conditions, l’hygiène fait des bonds et l’espérance de vie progresse, surtout dans les pays développés bien sûr. Un happy end ? Ce serait trop simple. En réalité, les activités économiques ont fait émerger deux nouveaux types de difficultés. Tout d’abord, des déchets dangereux et nécessitant une gestion particulière sont apparus. Le traitement du nucléaire et des ordures ménagères ne peut être identique. De plus, l’épuisement des ressources de la planète a conduit à un retour en grâce de la stratégie du recyclage. C’est le fameux modèle de l’économie circulaire où l’objectif est de réutiliser sans fin les mêmes matériaux dans les nouveaux cycles de production. Les déchets reprennent de la valeur.

Lorsque les deux problèmes se retrouvent dans un secteur, les conséquences deviennent dramatiques. Le cas des déchets électriques et électroniques est éloquent à cet égard. Les pays occidentaux exportent leurs scories vers les pays pauvres où les normes environnementales sont moins strictes. Jusque-là, c’est du classique. Le souci est que les habitants arpentent les décharges en quête de matériaux récupérables. Ils manipulent notamment du plomb, de l’arsenic, du brome, du phosphore et du chrome hexavalent qui sont tous extrêmement toxiques. Les gains sont évidemment dérisoires. Une telle situation rend les inégalités entre le Nord et le Sud encore plus insupportables. Il n’est pas sûr du tout, cher Charles Aznavour, que la misère soit moins pénible au soleil. Certains pays comme le Danemark préconisent que chacun conserve ses propres déchets sur son territoire afin d’éviter de tels scandales. Ils restent à ce jour minoritaires.

Les biens sont censés avoir une utilité positive. Sinon, personne ne les achèterait. L’économiste anglais Stanley Jevons a pourtant mis au jour l’existence de biens à utilité négative comme les déchets. Ce sont des biens dont les agents économiques ne souhaitent pas être détenteurs. Une bouteille en plastique entre dans cette catégorie puisque, après avoir bu le soda qu’elle contenait, le consommateur cherche à s’en débarrasser et risque même d’être verbalisé s’il s’en déleste sur la voie publique. C’est pourquoi l’échange de ces biens est étonnant. D’habitude, l’agent économique paie et reçoit le bien en contrepartie. Avec les biens à utilité négative, il dépense de l’argent pour que quelqu’un devienne propriétaire de son produit. Ainsi, les déchets rendent chèvres les économistes mais le plus grave n’est pas là. L’investigation du système capitaliste par leur prisme montre à quel point il est susceptible de dysfonctionner et même de dépasser les limites de l’indécence quand il n’est pas sérieusement régulé. Pierre Bellemare le disait avec détermination : « il y a sûrement quelque chose à faire »…

Conseils de lecture :

Béguin Marine, « L’histoire des ordures : de la préhistoire à la fin du dix-neuvième siècle», , volume 13, décembre 2013.
Lupton Sylvie, Economie des déchets. Une approche institutionnaliste, 2008, De Boeck, Bruxelles.

LE VER(T) EST-IL DANS LE FRUIT ?

Jacques Chirac est connu pour avoir été un fameux lanceur d’alerte. A la tribune du quatrième Sommet de la Terre, il a ainsi dénoncé le désastre écologique : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Si un homme de sa trempe avait été un jour Président de la république, la lutte contre le réchauffement climatique aurait assurément eu meilleure mine… Mince, il l’a été justement… Comme les autres, il n’a rien fait. Pourquoi ?

vert-etfruit.pngQu’est-ce que le capital ? D’aucuns diront qu’il s’agit d’un instrument d’exploitation. D’autres y verront un moyen d’émancipation des individus dans l’économie. Laissons de côté ce débat idéologique et intéressons-nous à sa nature même. Le capital peut changer d’apparence – emprunter une forme monétaire, se transformer en machines, matières premières et salaires avant de revêtir à nouveau ses habits monétaires d’origine. Mais alors qu’est-ce qui le caractérise ? Le détenteur d’un livret A n’est pas un capitaliste. C’est un rentier. Le capitaliste peut être défini comme l’être qui risque ses ressources dans des activités économiques. Le mot clé est risque. Le système capitaliste repose donc sur la notion de risque, d’aventure incertaine, de spéculation pour lui associer une connotation péjorative. Sur le plan purement économique, puiser dans son épargne afin de créer sa propre entreprise de fabrication de bonbons, celle pour laquelle on va transpirer sang et eau, et acheter des actions Peugeot sont des opérations identiques. Dans les deux cas, la personne fait un pari sur une demande potentielle, que ce soit celle de bonbons ou celle de voitures. Il ne possède aucune certitude en la matière.

Le taux de mortalité infantile est très élevé : environ 50 % des entreprises n’atteignent pas l’âge de cinq ans. Il ne faut pas croire que ceci constitue une des limites du système. Bien au contraire. La philosophie du capitalisme repose sur cette logique. En prenant des risques à titre individuel, les agents économiques défrichent des zones inconnues. Ils montrent à la société quelles voies méritent d’être suivies et lesquelles doivent être abandonnées. Quand ils ont fait preuve de flair, ils sont récompensés : leur compte en banque bombe fièrement le torse mais, même quand l’idée n’est pas bonne, ils livrent une information utile à la collectivité : « attention, impasse par ici ». La réussite se nourrit parfois de cuisants échecs. Quoique réputés paresseux, les consommateurs des Etats-Unis n’ont éprouvé aucun intérêt pour la sucette électronique. L’entrepreneur qui avait caressé l’espoir d’un engouement pour le produit s’est fourvoyé. La mayonnaise n’a pas pris. En revanche, la technologie a été récupérée et intégrée aux brosses à dents, avec bonheur cette fois.

Ulrich Beck et Anthony Giddens ont expliqué que, non seulement nous vivons dans une société du risque, mais que, ces risques, ce sont les hommes qui les fabriquent par leurs activités économiques. Dans les temps anciens, les grandes catastrophes telles que les tremblements de terre étaient provoquées exclusivement par les fantaisies de dame nature. Elles n’étaient pas rattachées à l’action humaine même si des représentants de l’ordre moral l’affirmaient pour pouvoir terroriser les croyants. En se targuant d’avoir dompté la nature, l’être humain a endossé par la même occasion la responsabilité des dérèglements qui ne manqueraient pas de résulter de ses initiatives. L’amiante, Tchernobyl, Fukushima ou le réchauffement climatique en sont de remarquables illustrations. Face à cette accumulation, l’homme a inventé une réponse adaptée : le «principe de précaution » requiert qu’« en cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives » dans un certain nombre de domaines.

Le principe de précaution revient à renverser la charge de la preuve. Ce n’est pas à la science de prouver l’innocuité d’un produit ou d’un procédé mais l’inverse. Tant qu’il n’existe pas de certitude sur sa non dangerosité, il est préférable de l’écarter. Les enjeux sont ici de santé publique ou planétaires. Cette approche n’est pas vraiment compatible avec la culture en vigueur dans le système capitaliste. Comme souligné plus haut, la réalisation d’un risque y est perçue comme une avancée, un progrès significatif. L’obstacle sera contourné et de nouvelles solutions seront mises en œuvre. Une pénurie des énergies traditionnelles se dessine à l’horizon ? Pas de souci, le gaz de schiste et les énergies vertes prendront le relais. D’abord, le pétrole ne manquera jamais. Il sera juste plus cher, rendant d’autres sources d’approvisionnement en énergie rentables. La capacité d’adaptation du capitalisme, sa flexibilité, le rend complètement sourd à la notion d’irréversibilité. Il n’est pas apte à appréhender la perspective d’un point de non-retour.

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est apocalyptique : d’une part, les conséquences d’une augmentation de la température de plus de 1,5°C seraient ravageuses et, d’autre part, le mouvement de réchauffement est tellement rapide que cette limite a de bonnes chances d’être atteinte en 2050 plutôt qu’en 2100 comme visé. L’effet électrochoc a duré 24 heures dans les médias. En fait, aucune mesure de régulation drastique ne semble envisageable dans nos démocraties individualistes. Les « verts » avancent en ordre dispersé. Quelques-uns invoquent des arguments moraux mais tout le monde n’est pas sensible à la souffrance d’une huître au moment où elle va être avalie. D’autres font l’apologie d’une nouvelle société moins matérialiste et plus collaborative. Seulement, tout le monde n’est pas fatigué de consommer encore et toujours. Les plus malins font appel à un raisonnement économique : les énergies et les technologies vertes sont l’eldorado de demain, fortune comme emploi. La ruée vers l’or se déroule au ralenti : pour le système capitaliste, tant que nous ne serons pas au bord du gouffre… Il est manifestement plus facile de se moquer des excès du principe de précaution, le « précautionnisme », qui pourrait nous ramener à l’Age de pierre. Décidemment…

Conseils de lecture :

Beck Ulrich, La société du risque : Sur la voie d’une autre modernité, Champs, Paris, 2008.
Bronner Gerald et Géhin Etienne, L’inquiétant principe de précaution, PUF, Paris, 2014.

LE TEMPS NE FAIT RIEN A L’AFFAIRE…

Pierre Desproges recommanda un jour aux hommes qui s’ennuient de casser leur montre pour tuer le temps. De son côté, Obélix suggéra de mettre des grains plus fins dans un sablier, chronomètre de l’époque. Il souhaitait ainsi altérer la vitesse des adversaires d’Astérix à la course. La conception du temps autant que sa mesure ont toujours inspiré les philosophes…

temps.png

Le rapport au temps est loin d’être universel. Au-delà des clichés, un Allemand sera plus pointilleux sur le respect d’échéances spécifiques qu’un Malien. Sur ces questions, les chocs culturels sont parfois épiques. En fait, deux types de modèles de gestion du temps doivent être différenciés, le « monochrone » et le « polychrone ». Dans le système monochrone, répandu principalement dans l’univers occidental, le temps est considéré comme une entité unique, tangible, qu’il est possible de contrôler, planifier, gagner ou gaspiller. Marcel Proust, qui s’est lancé « à la recherche du temps perdu » en sait quelque chose. Une forme de continuité existe. A l’intérieur de cette configuration, il faut distinguer les perceptions linéaire et cyclique. La première est caractéristique de l’univers judéo-chrétien : il y a un début, une fin et un cheminement entre les deux qui correspond à la réalisation des décrets divins. La seconde renvoie au monde grec. Cette vision est défendue notamment par les stoïciens. A l’instar des saisons, une même suite d’évènements se déroule et se répète à l’identique. Elle nourrit le mythe d’un « éternel retour ».

Dans une culture polychrone, que l’on trouve d’ordinaire dans des zones économiques moins avancées, le temps est plus élastique, moins palpable. Un individu n’hésitera pas à s’engager sur un calendrier dont le respect des échéances est illusoire. Dans le même ordre d’idée, Edward Hall raconte que des familles sont susceptibles de commencer la construction d’une maison puis de l’abandonner sans raison fondamentale avant de la reprendre éventuellement un jour. La conception pluridimensionnelle du temps est appréciée de façon assez négative par les êtres qui vivent dans des environnements monochrones. On parlera de manque de rigueur, d’incapacité à se concentrer sur des tâches précises, de penchant à la dispersion. Quelques rares originaux y verront un refus de se laisser enfermer dans des carcans trop étroits, voire une certaine poésie. Ils seront attirés par l’aspect bohême. De leur côté, les personnes polychrones sont perturbées par l’exigence d’exactitude ainsi que l’étanchéité entre les sphères professionnelle et privée. Il est hors de question de distribuer des bons points à un modèle ou à l’autre. Il s’agit de cultures qui ont, chacune, leurs particularités.

Etant donné les traits qui viennent d’être exposés, il n’est pas surprenant que la révolution du capitalisme soit apparue en Occident alors que de nombreuses inventions tellestemps.pngque l’imprimerie, la boussole, la noria, le gouvernail axial, la poudre et les armes à feu sont nées sous d’autres latitudes. La quête d’efficacité et la logique d’optimisation ne pouvaient que s’épanouir dans un contexte monochrone. Pourtant, des obstacles d’un autre ordre ont dû être surmontés à cette fin. En effet, le christianisme a longtemps décrit les richesses terrestres avec un souverain mépris. L’interdit du prêt à intérêt désigné sous le nom d’usure n’a pas été la moindre de ces embûches. La rémunération du temps vouait directement aux flammes de l’enfer. Comme le développement économique requérait que les ressources financières soient rapidement affectées aux besoins de financement, des catégories de la population mal considérées comme les Juifs et les Lombards ont rempli ce rôle de prêteur.

Précisons que, à cette époque, le simple prêt à intérêt était appelé usure – aujourd’hui, le terme désigne le prêt à un taux abusif. En France, la loi fixe un taux maximal au crédit. En tout cas, la position chrétienne en ces temps anciens n’était pas tenable. C’est pourquoi les penseurs scolastiques ont utilisé toutes leurs ressources intellectuelles pour imaginer des moyens de contourner l’interdit. Ils y sont parvenus. Les plus célèbres exceptions ont été le damnum emergens – une perte subie en raison d’un prêt justifie une rémunération – et le lucrum cessans – un gain auquel on a renoncé à la suite d’un prêt autorise pareillement une rémunération. Quelques siècles supplémentaires ont été nécessaires pour que le christianisme via le protestantisme aborde ces questions de face, sans complexe. D’un coup, la banque protestante s’est mise à concurrencer la banque juive. Dans une formule qui est restée dans les esprits, Benjamin Franklin a énoncé ce changement de perspective : « le temps, c’est de l’argent ». Et les comiques ajoutent volontiers que, s’il pleut, c’est même du liquide !

Le rôle économique du temps dans le système capitaliste ne se limite pas au paiement de l’intérêt. La maxime de Franklin se décline également dans le domaine de la production. A cet égard, la tendance a longtemps été mauvaise pour les dirigeants d’entreprise : le temps de travail a presque diminué de moitié entre le début et la fin du vingtième siècle. L’abolition larvée des 35 heures et le chantage aux délocalisations ont légèrement infléchi le mouvement mais cela reste très insuffisant. L’action des technologies de l’information et de la communication (TIC) est beaucoup plus probante. Comme dans le système polychrone, la frontière entre les domaines privé et public s’efface. Le progrès est immense : n’importe qui peut surfer deux minutes sur la toile au travail. Qui ne l’a pas fait ? Il y a juste une petite contrepartie : le salarié est invité à emporter son travail à la maison. Il y gère son temps comme il veut mais l’essentiel est que la mission qui lui a été assignée ait été accomplie à son retour. Voilà une manière habile de récupérer du temps. Le must du must est bien sûr le télétravail : l’entreprise économise en plus le coût des locaux. Pourquoi ne pas travailler en regardant la télévision ? Tant que le salarié ne confond pas le nom d’un client avec un héros des « feux de l’amour », tout le monde sera content…

Conseils de lecture :

Hall Edward, La danse de la vie, Seuil, Paris, 1992.
Desproges Pierre, Tout Desproges, Seuil, Paris, 20

S’IL VOUS PLAÎT, DESSINE-MOI UNE HISTOIRE…

En affirmant que « si le nez de Cléopâtre eût été plus court, toute la face du monde en aurait changé », Blaise Pascal souhaitait illustrer que de petites causes peuvent produire de grands effets. Toutefois, en même temps, il autorisait l’imagination, la « folle du logis » selon Nicolas Malebranche, à s’aventurer hors des sentiers battus.

etsi.jpg

Les passionnés de ballon rond ne sont pas les derniers à se prêter à ce jeu pascalien : ils adorent refaire le match : « ah, si les poteaux des buts avaient été ronds plutôt que carrés». En vérité, pour l’être humain, il est souvent tentant de se demander ce qui se serait passé si… En procédant de la sorte, il adopte une approche contrefactuelle. Il n’y a pas de limite au type d’interrogation qui peut être soulevée. La question est susceptible d’être futile : « et si je n’avais pas repris trois fois du gâteau » comme relever du choix de vie : « et si j’avais accepté ce poste à l’étranger ». Parfois, la problématique est extrêmement primaire comme avec « et si j’étais monté dans l’avion qui s’est écrasé » – la seule réponse possible étant : « eh bien, je serais mort ». Le but n’est alors pas de se remuer les méninges, de se lancer dans une sorte d’introspection ou encore de s’offrir une séquence nostalgie. Il est juste de jouer à se faire peur. En réalité, cette démarche combine créativité et rigueur car il n’est pas simple de bâtir un scénario alternatif qui n’intègre aucune des informations emmagasinées par ailleurs : « en vivant à Lyon, j’ai rencontré Dupont. Et si j’étais parti habiter à Paris mais y avais quand même rencontré Dupont par hasard ». Attention à ne pas frôler le ridicule.

Les historiens de l’économie n’hésitent pas à s’appuyer sur cette méthode de raisonnement. Robert Fogel est l’un des plus connus d’entre eux et il a même été récompensé du prix Nobel pour ses travaux. Il s’est notamment mis en demeure d’explorer comment l’économie des Etats-Unis se serait développée sans le chemin de fer. Sa conclusion est que d’autres moyens de transports se seraient substitués et auraient comblé le vide. La navigation fluviale aurait connu un véritable essor. Bien sûr, admet Fogel, des impacts auraient été enregistrés. Par exemple, les Américains se seraient installés près des cours d’eau plutôt qu’autour de gares. Cependant, sa conclusion est que le poids du chemin de fer dans la croissance de l’économie américaine doit être minoré. Le propos de ce type d’exercice intellectuel est donc de distinguer causes apparentes et profondes, petits détours et voies sans issue. Afin que leur argumentation soit plus rigoureuse, ses partisans n’hésitent pas à recourir à des modèles économétriques. Par les chiffres qu’ils assènent, leur démonstration est supposée convaincre les sceptiques. Cette discipline, qui porte le nom de cliométrie, permet de dépasser le stade intuitif : et si on n’avait pas inventé la roue… la construction de l’échelle reliant la terre à la lune ne serait pas encore achevée.

Je souhaiterais me livrer moi-même à cet exercice par rapport à la dernière élection présidentielle. Et si François Bayrou avait tout de même présenté sa candidature ? D’un coup, le suspens de la campagne s’accroît. Les sondages annoncent des résultats serrés. Ils ne se trompent pas. Le score de François Bayrou est de 5,52 %. D’après les politologues, il a pris des électeurs à Emmanuel Macron qui obtient 19,31 % des voix et même à François Fillon qui termine avec un score de 19,19 % – certains électeurs de droite n’étaient pas à l’aise avec sa candidature mais ne pouvaient se résoudre à voter Macron. Le culot du general manager des marcheurs a presque payé : il est coiffé sur le poteau par Jean-Luc Mélenchon qui se qualifie pour le second tour avec 19,58 %. Tétanisée par le choc des extrêmes qui s’annonce, la France ne prend même pas le temps de saluer la superbe performance de Macron qui quitte la vie politique aussi vite qu’il y est entré. L’insoumis en chef annonce officiellement que madame Merkel n’est plus la cible de son jeu de fléchettes. Le slogan « tout sauf Marine » semble porter la France mais la gauche révolutionnaire réussit à saborder la campagne melenchonienne. Son discours de rupture pousse une partie des classes moyennes vers Marine Le Pen qui est élue avec 50,42 % des suffrages.

A la surprise générale, à peine élue, la Présidente de la république annonce que le Front National garde son nom. Le public ignorait qu’il était question d’un changement éventuel. Plus important, les caisses du parti sont renflouées et certaines affaires sont rapidement étouffées. Mais les effets de l’élection s’étendent au-delà de la famille Le Pen. Les contradictions du programme économique du Front National apparaissent au grand jour. Les ministres libéraux, favorables aux entreprises, s’écharpent publiquement avec les partisans d’un soutien des classes populaires. La Présidente et son Premier ministre Florian Philippot peinent à faire cesser cette pagaille même en mettant la question des migrants, seul sujet d’entente entre membres du gouvernement, sur la table et en provoquant ainsi une crise européenne.

Dans cet environnement délétère, la France ne remporte pas la coupe Davis de 2017. En effet, Yannick Noah démissionne bruyamment de son rôle de capitaine, entraînant dans son sillage les meilleurs joueurs de tennis nationaux. Pourtant, malgré la multiplication des couacs, le cas français fait tâche d’huile. En octobre 2017, le conservateur Sebastian Kurz remporte les élections autrichiennes et forme un gouvernement de coalition avec l’extrême-droite. Yannick Noah annonce qu’il n’entraînera pas l’équipe d’Autriche si on le lui propose. Plus grave, l’Italie suit le mouvement antisystème. Un gouvernement qui rassemble des personnalités du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue arrive aux affaires. Son Ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, est surnommé le « roquet de Marine Le Pen ». Yannick Noah convoque la presse : il ne sera pas non plus le capitaine de l’équipe d’Italie. En août 2018, la Fédération Internationale de Tennis (ITF) décide l’abrogation de la Coupe Davis sous sa forme actuelle. Sans rapport avec Noah, dit-elle, et nous sommes priés de la croire.

Conseils de lecture :

Fogel Robert W., Railroads and American Economic Growth: Essays in Econometric History, Johns Hopkins University, 1964.
Kipling Rudyard, Si, Gallimard, Paris, 2009.

OUH ! JE VAIS VOUS MAN(A)GER…

Tout sujet a ses adeptes. Les fans de bonsaï peuvent assouvir leur passion en lisant les magazines France Bonsaï ou Esprit Bonsaï. Cependant, il y a des thématiques qui sont plus en vogue que d’autres. Ainsi, la liste des titres qui sont axés sur le management est beaucoup plus copieuse : Management, Capital, l’Usine Nouvelle, Challenge, etc… A l’évidence, la matière est féconde.

man(a)ger

Les enseignements du dictionnaire sont particulièrement éloquents : tandis que le Robert annonce que le mot « management » tire son origine de « ménagement », le Larousse précise que ce terme doit être compris comme « la mesure, la modération dans sa conduite à l’égard des autres ». Il fournit même cinq définitions de « ménager », chacune évoquant à sa manière une logique d’économie, d’utilisation parcimonieuse des forces. La maxime « qui veut voyager loin ménage sa monture », que l’on doit à Jean Racine, illustre assez bien le sens qu’il convient de lui assigner. Il inscrit l’activité du cavalier dans le long terme puisque la nécessité de préserver le cheval s’explique par la longue distance à parcourir. Dans un ouvrage écrit en 1916 mais qui est présenté comme précurseur du management moderne, Henri Fayol insiste sur cette idée d’application mesurée. Un bon manageur ou ménageur n’agit pas avec brutalité. Cette conception évoque des temps désormais révolus où les salariés étaient traités autrement par les dirigeants d’entreprise. Le paternalisme de papa assurait souvent un emploi, un logement et même de la considération. Il n’était pas rare que le PDG se rende sur la ligne de production et félicite un ouvrier à la suite d’un heureux événement familial, cela en étant capable de l’identifier.

Il n’est évidemment pas question d’idéaliser cette période. Les conditions de vie des travailleurs français étaient dures. Les livres d’Emile Zola rendent compte de la misère sociale. Des conflits sociaux explosaient à l’occasion. Même aux Etats-Unis où le capitalisme était plus sauvage qu’en France, le célèbre banquier John Pierpont Morgan avait déclaré que la rémunération des dirigeants ne devait pas représenter plus de vingt fois les salaires les plus bas de l’entreprise. Un sens de la pondération était conservé au sein des grandes organisations. Indépendamment du discours qui justifiait les inégalités de rémunération, la conscience que c’était des êtres humains qui étaient en relation dans les grandes entreprises interdisait de dépasser certaines bornes. Les mots choisis ne sont pas anodins. Tous les problèmes relevant du travail étaient gérés à l’intérieur du «service du personnel ». Les raisons pour lesquelles un renversement s’est opéré sont multiples. La fin de l’organisation fordiste travail en est justement une. La présence de tous les collaborateurs en un lieu unique protégeait des politiques de rémunération les plus folles. Un lien physique était maintenu. En renforçant la concurrence, la mondialisation est également invoquée régulièrement. Les entreprises doivent s’arracher les supposés talents et réduire les coûts pour le reste.

Dans cette configuration, le sens du mot « management » a manifestement évolué. Il est bien sûr possible de supposer qu’un aller-retour entre la France et l’Angleterre a facilité cette réelle métamorphose. Pour illustration, le bucolique « fleureter » est devenu le moins innocent « flirter » après une traversée aller-retour de la Manche. Mesdemoiselles, prenez garde désormais ! Il n’empêche que, de toute façon, une autre origine étymologique à «management » est postulée. Le verbe anglais « to manage » dérive à la fois de l’italien «maneggiare », lui-même issu du latin « manus », qui signifie « main » – d’où l’idée de contrôler, manipuler – et du français « manège », dans le sens « d’entraîner un cheval en le dirigeant avec la main ». Ce n’est plus l’idée d’économie, de préservation des forces qui prime. Il apparaît plutôt que le manège tourne, qu’il accélère soudainement et prend une vitesse vertigineuse. Pour le directeur du manège qui appuyait frénétiquement sur le bouton, le but est que l’individu éprouve un maximum de sensations en quelques minutes. Selon cette acception, le temps se raccourcit singulièrement. Dans la vie professionnelle, tout se passe comme si le salarié était entré dans une essoreuse.

Le service du personnel a cédé la place aux « ressources humaines ». L’inflexion doit être notée. Le salarié est perçu comme une simple ressource au service de la rentabilité de l’entreprise qui constitue désormais sans ambiguité le cœur du système. Variable d’ajustement, l’individu devient jetable. Une entreprise perd de l’argent ? Elle doit rapidement dégraisser. Elle réalise des profits ? Il est vital de licencier avant de se retrouver éventuellement un jour en position de faiblesse. Les médecins le serinent : il vaut mieux prévenir que guérir. Les mauvaises langues, sans jeu de mot, proposeront une troisième origine au mot « management ». Ce n’est plus de «manager» mais carrément de « manger » l’homme qu’il s’agit. Le deuxième « a », lui aussi, a été avalé dans l’opération. Le manager moderne, décomplexé, conscient des enjeux de son action, serait en vérité un cannibale qui s’ignore.

Sans arriver à une telle extrémité, il est pourtant incontestable que le manager nouveau n’est plus dans la mesure. Pour justifier l’injustifiable, il prend une posture d’important. Incapable d’autre chose, il brandit ses calculs de ratios à la populace. Il reçoit avec dédain les critiques adressées par ces ringards qui n’entendent rien au monde moderne. Il faut savoir évoluer avec son temps, clame-t-il, sûr de son fait. Le monde des bisounours est mort et, heureusement, les sommets de l’Etat commencent à intégrer cette donnée. Rappelons à ce farfadet la vision de Peter Drucker qui est habituellement considéré aux Etats-Unis comme un pape du management, un de ses prophètes. Tout en parlant de leadership, de nécessaire innovation, Drucker recommande de ne jamais oublier la fonction sociale, la dimension humaine du management. Notre manager se ne laissera hélas pas convaincre : « où est-ce que Michel Drucker parle de leader cheap ? ». L’argument est imparable.

Conseils de lecture :

David Albert, « Les mots du management : et si on faisait le ménage ? » The Conversation, https://theconversation.com/les-mots-du-management-et-si-on-faisait-le-menage-565181990, 2016.
Drucker Peter, L’avenir du management, Village Mondial, Paris, 2000.

BERNARD

Le monde de la finance vient de commémorer en petite pompe les dix ans de la faillite de la banque Lehman Brothers, acmé de la pire crise du système capitalisme, celle qui aurait pu ramener l’économie mondiale à l’Age de pierre. Nous l’avons échappé belle, au moins temporairement. Enfin pas tout le monde.

madoff.jpg

Beaucoup de lignes ont été écrites sur cette période exceptionnelle où des petits génies des mathématiques étaient parvenus à fabriquer des produits financiers où la rentabilité n’était plus corrélée au risque. Tandis que les conseillers bancaires continuaient d’expliquer à leurs clients que leur demande était cocasse, que les placements qui rapportent énormément mais qui ne sont pas risqués du tout n’existent pas hélas, les banques s’étaient fabriqué pour elles-mêmes des petits bijoux de ce type, les fameux produits subprime. Pour être précis, il s’agissait de produits associés à un risque théorique élevé, d’où leur fort niveau de rentabilité, mais dont la réalisation était très improbable. Ce qui les rendait éminemment attractifs. Tant que les ménages américains remboursaient leurs crédits, que les taux d’intérêts étaient faibles et que le marché immobilier montait, la détention des produits subprime était juteuse sans être dangereuse. Puis, sans crier gare, la tendance s’est inversée. Les produits subprime sont devenus toxiques et même ruineux. Comme chaque établissement financier essayait de se débarrasser des siens, une méfiance générale s’est instituée. L’ensemble du système a même frôlé une entière paralysie. Finalement, grâce à l’intervention de la puissance publique, il a redémarré et les affaires ont repris comme si rien ne s’était passé.

Les conséquences de ce désastre ont également été abondamment disséquées. Les répercussions du blocage des banques dans l’économie réelle ont en effet été très concrètes. C’est par les dysfonctionnements du système de crédit que la crise financière s’est propagée à l’ensemble de la sphère économique. Les entreprises et les ménages se sont trouvés privés de moyens d’emprunter. De ce fait, une récession mondiale, dont la durée a été variable selon les pays, a été enregistrée. Le chômage et la précarisation se sont singulièrement accrus. A plus long terme, les motifs d’inquiétude ne manquent pas non plus. A quelques rares exceptions près, les grands organismes financiers qui avaient spéculé imprudemment ont été maintenus par les institutions politiques selon l’adage «too big to fail ». Le dépôt de bilan de l’un aurait conduit à des réactions en chaîne incontrôlées mettant en péril les autres établissements financiers. Les grands intervenants de la place savent désormais qu’ils peuvent continuer à prendre les risques les plus insensés. Si leur paris sont payants, ils se rempliront les poches et, sinon, les citoyens seront mis à contribution pour leur éviter la faillite. La règle du jeu est donc «pile, je gagne et face tu perds ».

Dans le catalogue des effets de la crise du subprime, la chute de Bernard Madoff est inexplicablement passée sous silence d’ordinaire. Que la personne ne mérite pas forcément que l’on s’apitoie sur son sort est une chose, il n’empêche qu’il peut être considéré comme l’une des plus fameuses victimes de cette crise financière. Sans elle, Madoff serait toujours en train de trôner en palpant des liasses de billets. Rappelons que son modèle d’enrichissement combinait une escroquerie d’une grande banalité avec une connaissance assez fine de la psyché humaine. L’arnaque était une simple pyramide de Ponzi, c’est-à-dire un montage financier dans lequel les investisseurs sont rémunérés par les placements des nouveaux entrants. De la cavalerie mais sans sonner la charge. C’est ici que Madoff avait été astucieux. Il avait bien sûr ciblé ses clients, des institutions financières et de grosses fortunes personnelles, mais en refusant de gérer les fonds du premier venu. Cette sélectivité affichée avait créé une rareté artificielle tout en suggérant que Madoff n’était pas à court d’argent. Si l’on ajoute qu’il proposait des rendements astronomiques, parfois plus de 15 % par an, sa réputation dans la haute société fut rapidement faite. Beaucoup se seraient damnés pour être de la fête. Robin des Bois avait été supposé prendre aux riches pour donner aux pauvres. Madoff prenait aux très riches pour donner à sa famille.

Le cocktail entre volonté de se distinguer et cupidité fut détonant. Que des profanes aient pu se laisser berner par les gains servis par Madoff, passe encore. En revanche, que des professionnels de la finance soient tombés dans le panneau dépasse l’entendement… à moins qu’ils n’aient subodoré que Madoff prenait des libertés avec la réglementation. Il est vrai qu’à cette époque des rumeurs de délit d’initiés avaient couru sur le compte de Madoff. Il avait même été dénoncé par des concurrents à l’autorité de surveillance, la Sécurité Exchanges Commission (SEC), qui n’avait rien trouvé à y redire – certains ont supposé que l’idylle entre la nièce de Madoff et un des inspecteurs a rendu les contrôles moins minutieux. Quoi qu’il en soit, si des investisseurs professionnels ont fait confiance à Madoff avec ces éléments d’information, c’est probablement parce qu’ils estimaient que ses tripatouillages étaient habiles et leur profitaient. Ils n’auraient jamais imaginé qu’ils s’exerçaient à leur détriment. Des arroseurs arrosés en quelque sorte.

La meilleure preuve que Madoff a été victime de la crise de 2008 est qu’il était jusque-là sorti indemne de tous les contrôles. Sa chance n’a tourné que quand ses investisseurs, secoués et en mal de liquidités, ont décidé presque tous au même moment de retirer leurs fonds de chez lui. La pyramide s’est effondrée d’un coup. L’addition a alors été corsée : approximativement 65 milliards de dollars partis en fumée et une condamnation en 2009 à 150 ans de prison, la peine maximale. Avec une réduction de peine de moitié pour bonne conduite, il ne sera libéré qu’en 2084. Cela fait du temps pour méditer sur les œuvres de Paul Verlaine : « Suis-je né trop tôt ou trop tard ? / Qu’est-ce que je fais en ce monde / Ô vous tous ma peine est profonde : / Priez pour le pauvre… Bernard.

Conseils de lecture :

Gubert Romain et Saint-Martin Emmanuel, Et surtout n’en parlez à personne, Albin Michel, Paris, 2009.
Morin Pascal, Des subprimes aux populisme, Glyphe, Paris, 2017.

LA SITUATION EST SOUS CONTRÔLE

Qu’un individu se dissimule puis s’éclipse sur la pointe des pieds afin d’éviter un contrôle, c’est inévitable. Il n’y a pas de moyens d’attraper toutes les personnes qui ont quelque chose à se reprocher. Mais qu’une situation réussisse à échapper elle aussi à tout contrôle nous fait peur. Est-ce pour autant, comme disait l’humoriste, que les contrôles font les bons amis?

Titanic.jpg

Il serait difficile de confondre l’homme de Néandertal avec un Lord anglais. Ce qui les sépare n’est pas simplement quelques dizaines de milliers d’années. L’un sent le fauve, marche le dos voûté, le gourdin à la main et le cri primal à la bouche. L’autre se distingue par un port altier, un parfum subtil, une canne de golf et ses formules de politesse qui fleurent bon les bonnes manières. La transition entre les deux personnages a requis un long processus de civilisation qui a été décrit par le sociologue Norbert Elias. L’homme s’est progressivement débarrassé de ses pulsions animales, de ses conduites les plus spontanées. Il a appris à manger avec une fourchette plutôt qu’avec ses mains, à déféquer en gardant contenance, à ne plus cracher alors que cette pratique a longtemps été considérée comme saine. Des tabous ont pareillement été érigés au niveau de la sexualité. Dans le même ordre d’idée, le développement du sport a permis à l’homme moderne de canaliser son rapport à la violence. Cela vaut aussi pour le football même si, dans ce cas, le sportif est revenu à la pratique régulière du crachat sur le terrain à tout instant. On peut se demander ce que cela signifie.

C’est une litote que de relever que Michel Foucault ne partage pas l’intégralité des positions d’Elias sur la question du conditionnement social. Son jugement est beaucoup moins élogieux. A ses yeux, il existe une intention. En prenant comme exemple la prison, il s’efforce de démontrer que l’objectif du pouvoir est d’exercer un contrôle sur les êtres qui constituent la société. Les institutions carcérales permettent à un petit nombre d’individus d’en surveiller un grand nombre. Ce type de dispositif se retrouve dans l’entreprise où quelques contremaîtres parviennent à superviser le travail de dizaines de salariés. En fait, la quête de performance économique renforce cette exigence de contrôle. Elle dépasse évidemment la fameuse pointeuse des entreprises. La Révolution industrielle soumet l’homme au rythme, à la discipline de la machine. Il convient d’être présent à son poste pour ne pas perturber la chaîne de production. Tout se joue à une seconde près. Rappelons que, selon une légende propagée par les syndicats, le père de l’Organisation Scientifique du Travail (OST), Frederick W. Taylor, aurait été enterré avec son chronomètre.

La notion de contrôle est centrale à notre époque. Elle se décline à toutes les sauces : contrôle des connaissances, contrôle d’identité, contrôle technique, contrôle sanitaire, contrôle des contrôleurs… puisque les dangers ne manquent pas. L’avènement d’une société de services a rendu la pointeuse quelque peu obsolète mais aucunement l’idée du contrôle. Dans la vie économique, le télétravail est en plein essor. Le contrôle ne porte plus forcément sur les moyens, le temps consacré à l’activité professionnelle, mais sur les résultats, la mission qui doit être accomplie. Quelle que soit sa forme, le phénomène du contrôle coule encore de beaux jours. Quelques éléments suggèrent que le mouvement n’est pas près de s’interrompre. Tout d’abord, le contrôle appelle le contrôle. Il obéit à sa propre logique et son emballement semble impossible à dompter. Des cohortes de consultants se sont engouffrés dans la brèche. Contre menue monnaie, ils améliorent les procédures de contrôle dans votre entreprise. Quand ils sont issus des effectifs même des organisations, cela permet de justifier leur position hiérarchique de cadre supérieur ou manager dont l’utilité ne serait pas bien claire sinon.

Cette logique du contrôle pour le contrôle est même susceptible de déboucher sur une perte totale de sens. Prenons une université qui œuvre à rendre ses procédures d’évacuation en cas d’incendie plus efficaces. Le rôle de l’expert ne se limite pas à faire sonner l’alarme et à mesurer en combien de temps le bâtiment s’est vidé de ses occupants. Trop facile. Il doit rédiger un questionnaire destiné à décortiquer les séquences et à distinguer tous les cas de figure envisageables. Les enseignants devront ainsi répondre à des myriades de questions telles que « Est-ce que tous vos apprenants ont entendu la sonnerie ? ». Le problème est qu’ils ont veillé uniquement à faire sortir leurs étudiants avec célérité. Aucun n’a stoppé l’évacuation pour les interroger : «attendez : tout le monde a-t-il entendu la sonnerie ? ». S’il y a des demi-sourds dans la classe, ce que certaines copies laissent parfois entendre, les enseignants n’en savent rien. Ils sont juste capables de certifier que tous les étudiants présents dans la salle sont effectivement sortis, c’est tout.

L’obsession du contrôle conduit par contrecoup à la nécessité de mesurer une forme progrès. Dans le cas contraire, cela signifierait que les contrôles ne servent à rien. Cette pensée est totalement intolérable bien sûr. A l’instar de l’homme, l’entreprise apprend de ses erreurs. Pourtant, d’aucuns franchissent le pas et dénaturent la philosophie du contrôle pour s’assurer que l’évolution est réellement positive, que les lacunes se corrigent au fur et à mesure des vérifications. Si l’on reste sur notre fil rouge, l’université, une annonce préalable de l’exercice d’évacuation par le responsable de la sécurité est une première option. Une multiplication compulsive des exercices d’évacuation en est une autre. Battre le record du monde dans ce domaine risque toutefois d’avoir pour contrepartie une baisse du niveau scolaire. Alors pourquoi ne pas inviter les étudiants et les personnels à se pointer chaque jour en survêtement et en baskets afin de grappiller quelques secondes ou encore interdire les études supérieures aux personnes à mobilité réduite ? On voit le souci : passer le contrôle devient plus important que conduire à une authentique amélioration.

Conseils de lecture :

Foucault Michel, Surveiller et punir : naissance de la prison, Gallimard, Paris, 1975
Elias Norbert, La civilisation des mœurs, Agora, Paris, 2003.