LIBRE OU EN AYANT L’AIR

Quelques-uns ont mis dans l’urne un bulletin au nom de Macron. D’autres ont préféré Méluche ou Le Pen. Ceux qui n’ont été convaincus par aucun des douze babillards ont voté blanc. Les plus démobilisés face à cette non campagne ont décidé de taquiner le goujon. Il est loisible de critiquer chacune de ces positions mais il faut les respecter. Cela renvoie à la notion de liberté.

Assis sur son canapé, face à son téléviseur écran plat etc, le citoyen doit impérativement trancher. Sa télécommande, la « zapette », lui offre la possibilité de regarder gratuitement plusieurs centaines de programmes, et c’est sans compter les bouquets payants, les Netflix et autres. Le téléspectateur qui vise un thriller avec Robert Mitchum avec un meurtre après 12 minutes de film trouvera probablement chaussure à son pied mais, pour l’indécis, cet horizon quasiment infini est un véritable cauchemar. Même si un génie malin réduisait ses options le jour des élections présidentielles à une simple alternative, la soirée des résultats avec Laurent Delahousse et Anne-Sophie Lapix ou bien « Les bidasses s’en vont en guerre » avec les Charlots, la détresse de l’homo televisus-ecranplatus demeurerait intense. Ce n’est certes pas à lui que pensait Emmanuel Levinas en parlant de « Difficile liberté » mais, même sans référence à l’éthique et l’univers de science-fiction qui l’accompagne, il apparaît qu’il n’y a pas de liberté, sans choix assumé et ses conséquences, aussi douloureuses soient-elles.

Nul ne contestera que l’homme prend des décisions puisque ce n’est pas un automate et que, ces décisions, il les prend dans un environnement spécifique, lequel environnement est susceptible d’influer sur sa perception de la situation. Jusque-là, tout le monde est d’accord. Toute la question est de savoir sur quel aspect il convient de braquer les projecteurs, la liberté de choix individuelle ou les facteurs de tous ordres qui conditionnent le choix des individus. C’est là que les divergences se produisent. Le débat historique entre le libéralisme et le marxisme est bien connu. Les libéraux prétendent que, dans une société où chacun est libre d’agir comme il l’entend, en fonction de ses talents et de ses attentes, les individus doivent être responsabilisés au maximum. S’ils veulent travailler, ils n’ont qu’à traverser la rue ou créer leur propre entreprise. Les marxistes insistent sur les rapports de force existant entre les détenteurs des moyens de production et les salariés. Comme ces derniers manquent de ressources, ils sont forcés d’accepter les conditions fixées par les capitalistes. Leur liberté est factice.

Ce phénomène de subjugation de la majorité par une minorité est aussi ancien que l’organisation des sociétés sous une forme étatique. La civilisation sumérienne qui a pris son essor à partir du quatrième millénaire avant l’ère courante en est une très belle illustration. La connivence entre les élites politique et religieuse garantissait la soumission des masses : si vous n’avez pas peur du roi, pourtant émanation des divinités sur terre, vous craindrez au moins de rôtir en enfer. En ce sens, la naissance du judaïsme constitue une rupture dans cet ordre du monde. Les progressistes présentent la création d’un jour de repos obligatoire comme une limite à l’exploitation économique. Ce n’est pas faux mais l’interdiction de se prosterner devant tout être fait de chair et de sang et la mise en exergue de la responsabilité personnelle méritent autant l’attention. Elles équivalent à instituer à un espace de liberté. Le christianisme a pris le relais avec un mégaphone mais dans la même logique sur ce point : il y a des tas d’éléments qui façonnent les comportements individuels ; toutefois, il existe toujours une sphère irréductible où l’homme peut choisir entre le bien et le mal.  Un brin moqueur, Jean Bottéro rappelait que l’invention de l’examen de conscience par les « sémites » avait révolutionné la morale.

Quoi qu’il en soit, les monothéistes ne se sont pas heurtés seulement aux grands empires. Ils ont dû ferrailler avec le paganisme et toutes les formes de religiosité ancrées profondément dans le cœur des gens. Parce que l’être humain est un sacré zozo. En effet, il aspire à la liberté la plus étendue possible – au point de considérer aujourd’hui qu’elle est plus importante que la santé publique. En même temps, il supporte mal l’incertitude où la moindre de ses décisions le plonge. A-t-il bien choisi ? N’aurait-il pas dû faire autrement ? L’astrologie a longtemps prospéré dans ces circonstances. Or, faire dépendre sa conduite de l’étoile sous laquelle on est né est une autre manière de s’exonérer de sa responsabilité morale. Que l’on invoque Vénus passée derrière Saturne ou un ordre de l’empereur revient finalement au même. Comme le montre Ramsay MacMullen dans un ouvrage de référence sur le sujet, le christianisme a été amené à composer avec les croyances païennes pour convertir les foules. Il n’est donc pas question que de la fête du solstice transformée en Noël. Notre calendrier conserve d’autres traces de ce syncrétisme : dans de nombreuses langues, les jours de la semaine désignent des planètes : lundi, Monday, jour de la lune, etc.

En conclusion, comme le suggère le regard amusé des perruches ondulées, l’humain est un être curieux. D’un côté, il prétend s’émanciper, rêvant de briser des chaînes souvent imaginaires pour se trouver en lévitation au-dessus de la planète. De l’autre, il a tellement peur des implications de sa liberté qu’il ne peut s’empêcher de s’attacher à des chaînes de pacotille, à des plaies réelles. Ce qui est sûr est que, si l’on n’a pas envie de se tromper de chaîne, il importe de rester en permanence sur ses gardes. Bref, ce n’est pas tant l’état de liberté qui compte mais la libération, qui est un processus. Ray Charles chantait ainsi « Unchain my heart » (libère mon cœur). S’il avait ajouté « my brain » (mon cerveau) en replay, c’eût été parfait !   

La citation (Jacques Dutronc) :

L’astrologie ?

La science désastre.

LE COUPLET DES CANDIDATS

L’élection présidentielle est proche, proche, proche. La tension monte et le suspense n’est pas loin d’atteindre son paroxysme. Cela se comprend aisément. Dans le système politique français, le rôle du président est essentiel. Et puis, comme on le répète à chaque fois, cette élection est réellement déterminante pour l’avenir de la nation. Chaud, chaud, chaud.

L’homme et la femme politique aiment se pousser du col. Certains souffrent d’une hypersensibilité de l’ouïe qui leur fait entendre des voix à l’instar de Jeanne d’Arc. D’autres sont prêts à tout pour passer dans le poste. Dans ces conditions, la bataille est terrible. Tel le public romain jouant des pouces au Colisée, les sondages couronnent ou relèguent en enfer ces gladiateurs des temps modernes. Notre Anne Hidalgo nationale qui s’est fixée comme challenge d’avoir plus de suffrages que Philippe Poutou est attendrissante. Avec l’assistance de conseillers aussi subtils que grassement rémunérés, les compétiteurs s’efforcent d’identifier sur l’échiquier politique le positionnement susceptible de drainer le maximum de voix mais ce positionnement est fluctuant puisqu’il dépend du mouvement des entrées et des sorties des uns et des autres. L’adaptation doit être permanente. Jean-Luc Mélenchon s’est ainsi évité une stratégie de différentiation épuisante lorsque Sandrine Rousseau a été vaincue chez les Verts. Idem à l’extrême-droite où Eric Zemmour et Marine Le Pen, qui se marchent déjà bien sur les pieds, ont ressenti un vif soulagement avec la défaite d’Eric Ciotti chez les Républicains.  

Ces éléments expliquent que, mise à part la période des primaires dans les partis qui en ont organisées, et tous ne l’ont pas fait, le programme des candidats est secondaire. C’est la plasticité du discours qui compte. La candidature de Christiane Taubira s’est inscrite dans cette logique. La question n’était pas de savoir si elle avait quelque chose de particulier à proposer par rapport à ses rivaux déjà déclarés à gauche mais si son nom, sa marque, serait susceptible de fédérer. Elle aurait toujours trouvé quelque chose à dire au cas où… La gauche est tellement émiettée qu’il n’y a plus rien à démolir. Si elle s’était maintenue, elle aurait dû donc innover par rapport à 2002. Quoi qu’il en soit, pour attirer le chaland, il n’y a rien de mieux qu’une mesure clé, une formule choc. En outre, le candidat qui construit un programme rigoureux et cohérent sait qu’il sera lu par un faible nombre d’électeurs. Ce n’est ni tendance, ni ludique. Ne condamnons surtout pas ! Qui a envie de se retrouver attablé à côté d’un convive qui s’est fadé les dizaines de pages des programmes des présidents en puissance et qui est capable de les citer dans le texte ?  Cela annonce une soirée plutôt sinistre.

Puisqu’il est important que les électeurs sachent à peu près pour qui ils votent, ce blog s’est associé à une initiative citoyenne visant à présenter de façon originale une partie des candidats à la présidentielle pour que l’on se souvienne de leurs principales caractéristiques politiques. Il est utile qu’ils soient éclairés. L’air du « couplet des rois » de « La Belle Hélène », l’opéra-bouffe de Jacques Offenbach, a été retenu à cette intention, cela à la suite d’un vote à la majorité qualifiée, même si une telle allégation est forcément toujours un peu prétentieuse. Un huissier a supervisé l’ensemble de la procédure comme il se doit. Dans un deuxième temps, le passage correspondant du livret a été simplement remplacé de sorte qu’Agamemnon, Ménélas et leurs amis puissent laisser leur place à nos héros des temps modernes. Pour se mettre dans l’ambiance, le lecteur est invité à écouter le passage en question avant de passer au prochain paragraphe. Voici le lien :

LE COUPLET DES ROIS – La Belle Hélène – Jacques Offenbach – YouTube

Voici ceux qui s’voient en altesse,

Il faut que chacun s’empresse

De les nommer, de les nommer, de les nommer par leur nom.

Çà ! Peuple, faisons silence ! Çà ! Peuple, faisons silence !

Faisons silence ! Silence !

Voici ceux qui s’voient en altesse.

Il faut que chacun s’empresse

De les nommer, de les nommer, de les nommer par leur nom.

Ce couple obsédé par la France, cédé par la France, cédé par la France,

C’est Zemmour-Le Pen.

Déballant avec jactance, avec jactance, avec jactance,

Toute leur haine.

Dans tout le fracas immense

De leur abdomen,  [commentaire : l’image évoque les tripes, pas des flatulences]

Ce couple obsédé par la France, cédé par la France, cédé par la France,

C’est Zemmour-Le Pen.

Je suis germanophile, germanophile, germanophile,

Jean-Luc Mélenchon,

Combattant à un contre mille, à un contre mille, un contre mille,

Comme un vrai dragon,

Je suis monté sur piles,

Avec mon air bougon. [commentaire : les Insoumis sont grognons, les soumis sont trop gnons]

Je suis américanophile, américanophile, américanophile,

Jean-Luc Mélenchon.

Je suis l’époux de Brigitte, l’époux de Brigitte, l’époux de Brigitte,

Manu Manu le beau,

Je crains bien qu’un jour la France, qu’un jour la France, qu’un jour la France,

Je le dis tout haut,

Ne me fasse de la peine,  [commentaire : ce serait une sorte de retour à l’envoyeur]

J’anticipe trop.

Je suis l’élève de Brigitte, l’élève de Brigitte, l’élève de Brigitte,

Manu Manu le beau.

Le type tout vert qui s’avance, tout vert qui s’avance, tout vert qui s’avance,

C’est not’ Yannick Jadot.

Qui tout bio dépense, tout bio dépense, tout bio dépense,

Et ne boit que de l’eau.

Il en a dit assez je pense

Pour sauver les bulots.

Le type tout vert qui s’avance, tout vert qui s’avance, tout vert qui s’avance,

C’est not’ Yannick Jadot.

CHEZ CES GENS-LÀ   

 « Et puis y’ a la toute vieille / Celle qu’en finit pas de vibrer / Et qu’on attend qu’elle crève / Vu que c’est elle qu’a l’oseille / Et qu’on écoute même pas / C’ que ses pauv’ mains racontent » chantait Jacques Brel. Bienvenue chez les orpailleurs d’ORPEA et plus largement dans l’univers enchanteur des EHPAD. Suivez le guide.

Après un cursus complet à l’université, n’importe quel étudiant en économie est incollable sur le fonctionnement des marchés. Il les a analysés sous toutes les coutures : les marchés financiers, ceux des matières premières, celui de l’immobilier, de l’automobile ou des pommes. Il apparaît que les rapports de force entre l’offre et la demande y occupent une place prépondérante. Un vendeur en position de « monopole » s’autorise à fixer des prix élevés sans que les acheteurs ne puissent se retourner vers une autre source d’approvisionnement. En situation de « concurrence pure et parfaite », c’est le marché qui décide des prix : le restaurateur qui choisit de finasser en vendant sa pizza margherita à 30 euros fera certainement table vide – ses clients potentiels préférant se sustenter ailleurs. Ce sont deux cas extrêmes. Les configurations intermédiaires sont examinées avec la même attention. Les modules d’enseignement qui prennent un peu de hauteur expliquent que le rôle de l’Etat est essentiel. Non seulement ses règlementations déterminent le nombre d’agents économiques présents sur les marchés mais il s’assure de leur bon fonctionnement.    

La capacité de l’acheteur à réagir à la variation des prix est essentielle. Elle semble tomber sous le sens puisque les agents économiques sont considérés comme rationnels. C’est probablement pour cette raison qu’elle ne suscite guère d’intérêt chez les économistes. A tort. Les « crinières blanches » possèdent ainsi des caractéristiques qui méritent l’attention quand il est question de l’économie des EHPAD. Tout d’abord, dans nos sociétés, les aînés ne demeurent plus dans un cadre familial quand leur déclin s’amorce. Ils sont envoyés dans des structures dédiées où ils pourront éventuellement recevoir la visite de leurs proches. Le vieillissement étant inéluctable, il s’agit en quelque sorte d’une clientèle captive. Ensuite, une fois devenu résident d’un établissement, l’ancien ne se trouve pas exactement dans la peau du consommateur qui utilise un comparateur de prix afin de dégotter le meilleur séjour all inclusive. On est moins mobile avec un déambulateur. On imagine mal un vieillard cacochyme passer d’EHPAD en EHPAD au gré de l’évolution des tarifs, tel l’agent économique bondissant rêvé par les manuels d’économie. Ces éléments ne doivent pas être négligés.

Une pratique doit être mise au crédit des dirigeants de ces structures. En se jouant de la valeur des montants acquittés par les familles, ils luttent avec ferveur contre les inégalités sociales. Régler 6000 euros par mois ne garantit pas un traitement trois fois meilleur, ni même un petit peu meilleur, qu’à celui qui paie 2000 euros. Quand on voit comment les personnes âgées sont traitées dans les formules grand luxe, les yeux se révulsent rien qu’à imaginer la possibilité d’un service de moindre qualité pour les indigents. Tout le monde est logé à la même enseigne, les riches comme les pauvres. Vous n’aurez tous rien. Walou ! Qui osera se plaindre ? Qui sera entendu ? Les seules distinctions qui sont susceptibles de voir le jour malgré tout sont relatives à la fréquence des visites. On ne sait jamais. Les pensionnaires qui en reçoivent beaucoup seront relativement bichonnés : ils auront peut-être un quart de biscotte de plus. « Faut vous dire monsieur que chez ces gens-là / On ne vit pas Monsieur, on ne vit pas, on triche ». Dans cet « Orange Mécanique » qui se joue à basse intensité, les patrons sont loin d’être givrés.

Rappelons que les salaires des personnels des EHPAD sont à la charge de l’Etat. C’est évidemment ici que le bât blesse. L’intérêt bien compris de la puissance publique et des structures privées qui opèrent dans le champ de l’or gris converge. Il est simplement de diminuer les coûts. Si l’Etat s’est engagé à rémunérer 100 personnes et pas plus, il est essentiel pour lui que le niveau des salaires soit faible afin de réduire la taille de l’enveloppe. Que les EHPAD s’engouffrent ensuite dans la brèche n’est pas son affaire. Il se moque que 50 postes sur les 100 soient finalement pourvus et ne cherche pas à savoir si c’est une stratégie des « maisons d’arthrite » pour faire davantage de profits – elles empocheront de toute façon la somme correspondant à 100 postes – ou si elles peinent vraiment à recruter puisque les salaires sont bas. Tout le monde s’y retrouve… surtout si la qualité du service pour les papys et les mamys est secondaire ! Mieux vaut ne pas mettre le nez là-dedans. « Faut vous dire monsieur que chez ces gens-là / On ne cause pas Monsieur, on ne cause pas, on compte ».

Les Mozart de la finance qui sont à la tête des EHPAD récitent leurs gammes avec talent. Rien n’est omis dans leur démarche. Les chambres sont entretenues le chronomètre à la main. Le temps consacré aux soins est également compressé au strict minimum. Taylor et sa méthode rendent riche. Quant à l’alimentation, pas de gaspillage. Les clients sont des « sans-dents », ne l’oublions pas. Alors, pourquoi ne pas économiser aussi sur ces fameuses biscottes ? On grignote, on grignote. Les échanges humains, là-dedans ? Ce sont des gros maux à éviter si l’on souhaite faire flamber le cours de bourse. Le Directeur Général d’Orpea qui a été invité à prendre la porte est suspecté de « délit d’initié ». Il aurait vendu des actions alors qu’il savait qu’un livre allait sortir et emporter le cours de la boîte. Son successeur, lui, en a acheté, mais sans espoir de plus-value avant que ses enfants ne soient eux-mêmes pensionnaires d’EHPAD. Lequel des deux devrait inspirer le plus confiance aux spéculateurs ? Si le nouveau gère la compagnie comme il défend ses intérêts, c’est plutôt inquiétant. Espérons que les anciens ne se vengeront jamais du sort que notre société leur réserve. Dans la Bible, le Déluge s’est produit juste après la mort de Mathusalem.     

Maxime (Honoré de Balzac) :

Un vieillard est un homme qui a dîné

Et qui regarde les autres manger.

POUT-IN OU PUT-OUT ?

C’est qui cet olibrius qui a envoyé les Russes se comporter à la prusse en passant rasibus sur le Rus’ de Kiev dont les habitants sont des Spartacus ? C’est un gugusse qui aurait plus sa place dans un sac à puces qu’au cirque Gruss.  

C’est à Prague plutôt qu’à Budapest que le pacte de Varsovie s’est auto-dissous en juillet 1991. Cette alliance militaire entre l’URSS et la plupart des pays communistes d’Europe de l’Est était née en 1955 en réponse à la constitution de l’OTAN, organisation chapeautée par les Etats-Unis pour protéger les pays capitalistes de la menace soviétique. L’amitié de Moscou était parfois envahissante pour ses partenaires tandis que l’Oncle Sam n’a jamais eu besoin d’envoyer ses chars pour faire rentrer dans le rang d’éventuels récalcitrants mais le rappeler est un peu pinailler. L’essentiel est que le climat était à la guerre froide et que, pour être cohérent, on aurait compris a contrario que la fin du pacte de Varsovie scelle le destin de l’OTAN. Or, il n’en a rien été au point que d’anciens pays de l’Est ont même été autorisés à adhérer à l’Alliance nord-atlantique. Le côté boy-scout des Ruskofs, toujours prêts à faire le ménage chez vous en cas de désordre, les inquiétait un peu. Les événements actuels prouvent qu’ils n’avaient pas complètement tort.

Les raisons pour lesquelles l’OTAN n’a pas disparu en même temps que le pacte de Varsovie peuvent être discutées : administratives (les gratte-papiers ne trouvaient pas le formulaire idoine), politiques (les Etats-Unis ne voulaient pas que les Européens oublient qui est le chef ici) ou économiques (les industries militaires avaient besoin de débouchés sans compter tous ces gradés qui se seraient retrouvés au chômage)… Une chose est sûre cependant : la pensée que cela laissait une possibilité d’attaquer la Russie n’en faisait pas partie. Qui aurait eu envie de se risquer dans une guerre pour prendre le contrôle d’une gigantesque station essence – qui plus est dont les propriétaires possèdent l’arme nucléaire ? Le Président américain Joe Biden avait envisagé de mobiliser l’alliance dans son rapport de force avec la Chine et s’était vu opposer un ferme refus des dirigeants européens, notamment de la part de son homologue français, Emmanuel Macron, le même qui avait déclaré que l’OTAN était « en état de mort cérébrale ».

Peut-être que c’est cette indifférence envers la Russie qui a tant heurté Vladimir Poutine ? Sa patrie n’intéressait plus personne. Les grosses questions géopolitiques ne la considéraient pas, passant allègrement son nom sous silence. Comme un petit dans la cour de récréation, il essayait de se faire entendre mais les grands ne lui accordaient pas la moindre attention. Il trépignait, il trépignait, et sans résultat. A la limite, Poutine aurait aimé que l’OTAN dresse des plans pour écrabouiller son pays. Hélas, rien. Si l’on ajoute que le bonhomme est un grand sentimental, qu’il a parfois des bouffées empreintes de nostalgie, tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il s’assigne la folle mission de reconstituer son empire en miettes. Alors, il est vrai que ses discours sur le besoin d’un espace vital, euh pardon d’un glacis, c’est-à­-dire d’une zone tampon entre la Russie et ses ennemis imaginaires, s’ils n’ont pas déclenché de francs éclats de rire, n’ont pas été trop pris au sérieux. Cela ne l’a pas empêché d’envoyer la soldatesque. Il avait prévenu.

Les Américains ne sont pas prêts à mourir pour l’Ukraine. En toute logique, il serait bien aventureux de les supposer enthousiastes à l’idée de se faire sauter la cervelle pour la Lettonie ou la Lituanie. C’est pourquoi les Polonais serrent aussi un peu les fesses en ce moment. Tout cela, le maître du Kremlin le sait pertinemment. Il s’en doutait même avant de communiquer ses flammes à l’homme de Kiev mais ce n’est pas pour autant qu’il roule sur du velours. Sans prévenir, son chef d’état-major a appuyé sur le bouton vitesse lente, lançant une opération « oulitka », escargot en russe, qui a surpris tous les experts en affaires militaires. De plus, la résistance ukrainienne est héroïque. Toutefois, il  y a fort à parier que, sans accord entre les parties, la puissance de feu russe finira par payer. Pour ce qui est du soutien de la population à la guerre, il semble actuellement à son paroxysme. Dans ces conditions, à quel endroit les nuages vont-ils donc commencer à s’amonceler et assombrir le destin de Poutine ?

Le concept de « prophétie auto-réalisatrice » a été forgé par le sociologue Robert K. Merton. Il rend compte des situations dans lesquelles un individu craint un événement indésirable, ce qui le pousse à modifier son comportement, à se conduire d’une manière totalement différente, et, ce faisant, provoque précisément ce qu’il souhaitait éviter à tout prix. Dans un sketch de Raymond Devos, un homme écoute son horoscope au volant. Une catastrophe lui est promise. Saisi d’un haut le cœur, il freine brusquement… et un véhicule percute le sien. On parle aussi d’« effet Œdipe ». Un oracle indiqua à Laïos et Jocaste que leur fils Œdipe tuerait son père et épousera sa mère. Ils l’abandonnèrent. L’enfant fut élevé par le roi et la reine de Corinthe. Accusé d’être un enfant illégitime, il se rendit chez le même oracle qui, sans se prononcer sur ce point, répéta sa prédiction. Affolé, Œdipe fuit ses parents adoptifs. Il tua en chemin Laïos et épousa ensuite Jocaste.

Quelle était la hantise de Poutine ?  Que l’Ukraine se rattache à l’espace économique européen et adhère à l’OTAN. Avant que les Russes ne posent leurs grosses pattes sur elle, elle était encore relativement partagée. Le prorusse Viktor Ianoukovitch avait été démocratiquement élu en 2010 face à l’égérie de la Révolution orange et, même s’il avait été chassé du pouvoir par un soulèvement populaire, tous les Ukrainiens n’étaient pas des russophobes forcenés. Poutine espérait que son coup de force ferait basculer les choses de son côté, qu’un pouvoir prorusse se mettrait en place. Sa brutalité a eu exactement l’effet inverse. Elle a soudé l’immense majorité des Ukrainiens et les a éloignés affectivement de la Russie pour un long moment. Leur cœur est devenu résolument européen. La cerise sur le gâteau ? Le retour à la maison des soldats russes quand la guerre sera terminée ! Lorsque les « héros » de Poutine raconteront ce qui s’est passé et dans quelles conditions ils ont combattu, des jours difficiles lui seront promis. Ceci une autre prédiction.

La maxime : (Alphonse Allais)

Pourquoi lave-t-on une injure

Alors qu’on essuie un affront ?

MATCH NUL

Quand on exerce une activité, quelle qu’elle soit, il est essentiel d’éprouver du contentement, de la joie. La quête de souffrance semble passée de mode. Le sport n’échappe pas à l’air du temps. Dans sa pratique, prendre du plaisir est obligatoire – d’abord le sien, bien sûr, mais accessoirement aussi celui de son adversaire puisque cela signifie alors qu’on l’a vaincu.

L’historien Allen Guttman a proposé une définition du sport reposant sur trois critères : la pratique d’activités physiques, le prisme de la compétition et une logique « autotélique », c’est-à-dire une activité qui n’est entreprise que pour elle-même. Ce faisant, il a donné le coup d’envoi à des discussions sans fin. Selon cette acception, les échecs resteraient à l’extérieur. Quelques petits malins en ont déduit que la guerre pouvait entrer dans la catégorie – enfin la guerre à l’ancienne, avec des charges de fantassin, pas l’envoi d’armes high-tech quand on est avachi dans son fauteuil. Avec cette définition, les Jeux Olympiques antiques tenaient du sport : il était possible de déconnecter les compétitions des aspects religieux de l’évènement. En revanche, le tlatchi auquel les Aztèques s’adonnaient en Mésoamérique ne l’est pas. S’il fait songer à une espèce de football, ce jeu ne peut être détaché de sa dimension sacrée. Il n’avait pas d’existence propre. La balle représentait le soleil et son mouvement avait une portée cosmique. Les participants étaient finalement les acteurs d’un cérémoniel qui se concluait par le sacrifice de l’un d’eux.

Laissons ces débats à la sphère académique. Dès que l’on s’extrait de la mêlée, le point le plus volontiers accepté est que le sport véhicule une idée d’affrontement. Les participants transpirent pour remporter la victoire, qu’on lui accorde ou non de l’importance. Quand des amis jouent au football sans effectuer de décompte des buts, on se trouve plutôt dans la sphère du loisir. Cette nécessité de tenter de départager les adversaires représente le dénominateur commun du sport dans l’Antiquité et du sport moderne. Dans le monde grec, la limite des courses était fixée par la distance à parcourir. Le premier qui franchissait la ligne était déclaré vainqueur. Pour ce qui est des combats, ils duraient jusqu’à ce que l’un des protagonistes triomphe. A l’ère moderne, la boxe a produit des règles assez précocement. Ses « London Price Ring Rules » datent de 1743. Comme pour les combats de coqs, l’objectif était de mettre de l’ordre dans un univers trouble afin de rassurer les parieurs. Les matchs duraient jusqu’à ce que l’un des boxeurs s’impose, sans limite de temps. Le risque de blessure n’était pas négligeable. Le fluet Daniel Mendoza a atteint la célébrité en parvenant à vaincre de véritables mastodontes, cela en les épuisant.

La Révolution industrielle établit la toile de fond de l’émergence du sport moderne, avec l’organisation rationnelle des compétitions, des règles standardisées, l’apparition de clubs, le chronomètre et la mesure des performances. De nombreux sports naissent dans les public schools anglaises. Par l’éducation physique, les futures élites du pays doivent apprendre le dépassement de soi. Au rugby, un code de trente-sept articles est publié en 1846. L’article 32 stipule : « le match est déclaré nul si après cinq jours le score reste égal, ou après trois jours si aucun but n’a été marqué ». Pour être capable d’envisager une telle longueur de match, on comprend combien il est important qu’un gagnant en ressorte. Il ne doit pas y avoir d’ex aequo. Il est facile d’imaginer l’état physique des joueurs au terme d’une rencontre allant jusqu’à cette extrémité. Ce ne sont probablement pas les souffrances qui empêchaient de prolonger le match au-delà de cinq jours mais plutôt l’obligation de revenir à la vraie vie un moment donné. Les valeurs de courage et d’héroïsme étaient exaltées par cette obsession de la victoire. L’histoire ignore le nom de ces étudiants, sans doute moins braves que leurs coéquipiers, qui laissèrent tomber le ballon de manière faussement involontaire parce qu’ils avaient trop faim ou bien un rendez-vous galant.

Chaque sport a mis en place des dispositifs dans l’intention de départager les compétiteurs à égalité. En football, en fonction des périodes et des compétitions : les prolongations, le pile ou face,  la séance de penalty et le match à rejouer ont alterné – avec des formules mixtes parfois, prolongations puis tirage au sort par exemple. En athlétisme, les temps des coureurs, qui sont maintenant mesurés au millième de seconde, permettent de trancher. Chaque fois que des sportifs franchissent la ligne d’arrivée la main dans la main, ils sont classés néanmoins même si cela paraît totalement artificiel. C’est ce qui est arrivé durant le Tour de France 1986 avec les cyclistes Bernard Hinault et Greg Lemond. Ils appartenaient à la même équipe et s’étaient détachés ensemble. L’étape fut attribuée à Hinault. En ce sens, les récents Jeux Olympiques de Tokyo ont jeté en pleine lumière un cas de figure rarissime. Les deux sauteurs en hauteur Mutaz Barshim et Gianmarco Tamberi étaient à égalité parfaite sur l’ensemble du concours. Ils se sont entendus pour ne pas disputer de barrage qui déciderait du vainqueur. Ils ont donc partagé la médaille d’or mais ceci est une anomalie. Le sport ne doit pas être confondu avec l’« Ecole des fans ».         

Les sports sont attachés à un environnement culturel. La mayonnaise prend parfois mais pas toujours. D’origine anglaise, le rugby a dû se transformer en football américain pour prendre son envol aux Etats-Unis. L’Inde s’est tellement bien appropriée le cricket, également anglais, que nombre de ses habitants pensent qu’il y est né. Le football, lui, transcende les cultures en raison de ses règles simples, de sa praticabilité en toute circonstance et d’un geste clé (donner un coup dans un objet qui traîne) accompli par tous. Claude Lévi-Strauss raconte que le ballon rond est arrivé en Nouvelle-Guinée avec les missionnaires. Les Gahuku-Gama ont appris à y jouer auprès d’eux mais en l’adaptant à leurs propres valeurs : la cohésion sociale exigeait que la partie se termine sans gagnant, ni perdant. Les Occidentaux ne comprenaient pas qu’à la fin, l’équipe menée au score refasse forcément son retard. Un match nul ?

Maxime (Pelham Grenville Wodehouse) :

La fascination de la chasse comme sport dépend presque exclusivement du fait que

Vous soyez devant ou derrière le fusil