FRANCE-ALLEMAGNE

Quand s’est posée la question de la réunification allemande, le Président français François Mitterrand avait fait part de ses réserves avec humour. Il aimait tellement l’Allemagne qu’il préférait qu’il y en ait deux. En fait, la relation entre la France et l’Allemagne n’a jamais été un long fleuve tranquille. Pas même le Rhin.

Son nom était Edgar Bérillon et sa profession était psychiatre. Pendant la Première Guerre mondiale, il était trop âgé pour porter l’uniforme. Pour compenser, son patriotisme s’est exprimé dans des travaux scientifiques. A la suite d’un examen approfondi de prisonniers de guerre, il est ainsi arrivé à la conclusion que les Allemands avaient une « carrure dorsale de gorille » et « une tendance à la prolifération adipeuse ». On pourrait se demander si le chercheur n’avait pas été mis par hasard en contact avec un échantillon non représentatif de la population allemande, à savoir des fidèles de la fête de la bière à Munich, saucisses comprises. Après tout, de guerre en guerre, la France a rarement eu l’opportunité de faire des tonnes de prisonniers. Il n’en est rien. La suite de son analyse montre que le savant délirait entièrement. En effet, selon lui, les Teutons schlinguaient. A cause d’un coefficient urologique supérieur et d’une incapacité à éliminer son surplus d’urine par les reins, l’Allemand en était réduit à uriner par les pieds – d’où une odeur nauséabonde. Beh, rions…

 Le pauvre homme avait été très affectée par la fessée de 1870.  Or, précisément à cette époque, un autre exalté, Jules Allix, fantasmait déjà sur la dangerosité des Allemands. Connu surtout pour avoir élaboré une méthode de télégraphie utilisant les fluides que les escargots produisent durant leurs ébats sexuels, Allix recommanda aux Parisiennes de se suicider si d’aventure l’ennemi, qui faisait alors le siège de la capitale, y pénétrait. A cette intention, il avait conçu un poison redoutable, un dé constitué d’une aiguille et d’une réserve d’acide… prussique. Les Prussiens avaient donc mauvaise presse dès le dix-neuvième siècle. Cette animosité peut être éclairée par des raisons de fond. Les Français étaient aiguillonnés par l’idée de « civilisation ». Dans un mouvement centrifuge, ils projetaient d’apporter les Lumières dans les régions du monde où régnait l’obscurantisme. De leur côté, les Allemands étaient davantage sensibles à la notion de « culture », d’identité nationale, marque d’une certaine fermeture sur soi. Dans le premier cas, la dérive a été la colonisation et, dans le second, le nazisme.      

Au-delà de cette perspective idéologique divergente, la rivalité des deux pays voisins a été nourrie par les conflits militaires qui les ont opposés jusqu’à la construction européenne, laquelle a sifflé la fin de la récréation. L’Alsace-Lorraine resterait française. De là, il serait logique de penser que le ressentiment soit plutôt allemand mais c’est pourtant le contraire. Les horreurs commises par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale ont désactivé chez eux toute velléité d’un nouveau round. En revanche, pour les Français, subsiste le goût amer d’une routine d’humiliation, de frontières nationales qui ressemblent à des portes de saloon et la certitude que, si l’Oncle Sam ne s’en était pas mêlé, les Allemands occuperaient encore leur territoire. Parmi la ribambelle de vieux surnoms dont les Allemands ont été affublés, « boche », qui signifiait tête de bois en argot du dix-neuvième siècle, et « chleuh », qui désignait un être parlant une langue incompréhensible, sont prêts à resurgir à la moindre occasion. Le match de football France-Allemagne en 1982 à Séville a donné lieu à un invraisemblable déchaînement anti-allemand. Il faut dire que la conduite du gardien de but germain avait vraiment été peu sportive.

L’origine de l’obsession allemande se trouve donc dans l’histoire. Avec son pamphlet « Le hareng de Bismarck : Le poison allemand », Jean-Luc Mélenchon ne fait que s’inscrire dans une longue tradition française. Il n’est pas économe en outrances et sa comparaison entre Angela Merkel et le Parrain, dans laquelle le hareng servi par la chancelière allemande à François Hollande témoigne d’intentions maléfiques, est éloquente. Les règles de fonctionnement de l’Union Européenne « imposées » par l’Allemagne sont assimilables à une autre forme d’occupation… sans les Panzer. D’ailleurs, quand les Grecs victimes de l’intransigeance de Berlin traiteront les Allemands de « nazis », Mélenchon applaudira des deux mains. Le Leader Minimo oublie qu’il a lui-même librement voté en faveur des accords de Maastricht en 1992, c’est-à-dire qu’il a lui-même contribué à mettre en place ces règles qu’il vilipende aujourd’hui.  Mais ne Mélenchon pas tout… Pour être juste, dans cette haine, le chef des Insoumis ne se distingue pas réellement de Jules Allix ou d’Edgar Bérillon. Il est simplement normal, dans le rang. Pas sûr que ça lui plaise…

C’est également cette tendance à lorgner systématiquement vers l’est qui explique pourquoi la France a pris son voisin pour référence en toute chose. Dans les années 1980, les exportations allemandes nous donnaient déjà des complexes. Les industriels d’outre-Rhin n’avaient pas besoin de dévaluer pour exporter. C’était la qualité allemande, avec ces réfrigérateurs se transmettant de génération en génération, qui constituait le principal facteur de cette réussite. Après un passage à vide lié à la réunification, les Teutons ont procédé à un impressionnant redressement de leur économie dans les années 2000, à nouveau par les exportations. Sur les migrants et durant la première mi-temps de la pandémie, cela a été pareil :  les Allemands ont continué à nous donner la leçon. En reprenant point par point, l’écart est toutefois bien moins important qu’il n’y paraît : le coût social des réformes qui ont permis le redémarrage de l’Allemagne a été terrible, la deuxième mi-temps du covid est plus équilibrée et, au football, le bilan des matchs France-Allemagne n’est pas favorable à cette dernière. C’est dans la tête, docteur ! Pour nous détendre, prenons plutôt nos voisins belges comme modèle. Ils ont à peine un gouvernement.

La citation  (Churchill) :

En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit.

En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis.

En France, tout est permis même ce qui est interdit.

En URSS, tout est interdit, même ce qui est permis.

A PERDRE LA DETTE

Quand on doit un euro à un individu, on ne dort plus mais, quand on lui doit un million, c’est lui qui ne dort plus. Cette petite blague explique pourquoi nous devrions dormir tranquillement sur nos deux oreilles. Or, il n’en est rien. Le débat sur la dette nationale fait rage actuellement : l’annuler ou pas ?  

 Observons tout d’abord que les forces en présence sont d’accord sur un point : le poids de cette dette pourrait un jour être bien lourd à supporter. A partir de là, les positions respectives des deux camps divergent radicalement. Environ 150 économistes, parmi eux le célèbre Thomas Piketty, ont signé un appel à une annulation des dettes publiques détenues par la Banque centrale Européenne (BCE) dans le journal Le Monde. Ils ont été rejoints par des politiciens à l’affût comme Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg. Face à ces irresponsables, le parti des responsables mené par Eric Woerth souhaite que, non seulement nous réglions l’addition, mais que nous procédions au règlement le plus tôt possible. L’ancien ministre du budget a dû oublier qu’il n’était plus en poste. Il est probable qu’il ignore également la blague qui figure plus haut. Quoi qu’il en soit, pour comprendre cette opposition, il faut en revenir aux origines de la dette, à savoir le déficit budgétaire.

La question du trou dans les caisses publiques est ancienne. En soulignant que « le budget n’est pas un coffre-fort, mais un arrosoir », Balzac a joliment illustré cette problématique. Depuis les écrits de John M. Keynes, les spécialistes se disputent à propos des bienfaits de la prodigalité de l’Etat. L’économiste anglais y était favorable. Il avait sous les yeux les effets désastreux de la crise des années 30, ses millions de chômeurs. Quand la route grimpe, le cycliste a besoin d’une petit poussée dans le dos. Keynes était éreinté par les libéraux qui affirmaient que l’économie s’autorégule. « Le marché a toujours raison » était (et reste) leur credo. Même quand le système s’effondre, il faut garder confiance car il existe des mécanismes qui finiront par faire redémarrer la machine. La crise est  temporaire. C’est même une bonne purge… et attention aux effets délétères à long terme d’une politique de dépenses publiques inconsidérées ! Si le cycliste ne meurt pas dans la montée, il atteindra le sommet puis entamera une joyeuse descente.

Pour en revenir à la situation actuelle, le coronavirus a fait tourner l’économie mondiale au ralenti. Une sacré pente en vérité, un col de première catégorie ! En France, le « quoi qu’il en coûte » du président de la République a gonflé les déficits publics mais, au mois de mars 2020, personne ne s’en est réellement offusqué. Dans l’état de sidération provoqué par le confinement, les quelques critiques qui se sont fait entendre étaient plutôt molles. Elles se contentaient de rappeler que l’argent emprunté par l’Etat devrait être remboursé un jour. En fait, dès lors que l’Etat empêchait les Français de se rendre au travail, n’hésitant pas à fermer des pans entiers de l’économie, il était compréhensible que des aides soient accordées aux entreprises comme aux ménages. Etant donnée l’ambiance dans le pays, les libéraux ont donc dû ronger leur frein. A l’automne, leur petite musique suggérait juste qu’il faudrait arrêter à un moment ou à un autre de dépenser sans compter mais toujours à bas volume et sans préciser quand et quelles mesures de soutien étaient inutiles.      

L’appel à l’annulation de la dette a réveillé un peu tout ce petit monde. Les arguments étaient préparés. Il n’y avait plus qu’à les servir. Il est essentiel de rembourser, jusqu’au dernier sou. Toute trace du péché doit disparaître, et cela, le plus rapidement possible. Le remède est facile à administrer : un bonne dose de nouveaux impôts avec une cure d’amaigrissement de l’Etat. Les résultats préliminaires d’une étude universitaire semblent montrer la corrélation entre le soutien à la rigueur économique et l’inclination à la souffrance. Ainsi, les libéraux éviteraient de recourir aux médicaments anti-douleurs, les plus extrémistes rejetant même toute forme de médication. Le corps est capable de lutter seul contre la maladie. Toute intervention extérieure joue un rôle perturbateur. De surcroît, les tourments endurés tracent la voie vers la rédemption. Il n’est donc pas surprenant que les pays de l’Union Européenne les plus sourcilleux sur les questions de dette soient majoritairement protestants.    

En résumé, d’un côté, il y a les pays dits du Nord, frugaux et travailleurs, et de l’autre, leurs partenaires du Sud, gaspilleurs et insouciants. Tous sont acteurs de ce qui s’apparente à un remake de la fable de la cigale et de la fourmi. Cela signifie-t-il que la réponse à la demande d’assistance des pays du Sud  mériterait d’être : « Vous dansiez ? J’en suis fort aise. / Eh bien ! Dansez maintenant. » Le refus de la fourmi d’accorder un prêt à sa voisine est-il transposable au fonctionnement de l’Union Européenne ? Pas vraiment, en réalité. Malgré l’apparente similitude, une différence fondamentale doit être relevée, à savoir l’interdépendance économique entre les pays du Nord et du Sud qui dépasse la proximité géographique. La puissance des uns est liée à la faiblesse des autres. Une partie de la richesse de l’Allemagne provient des importations des pays du Sud. Chez La Fontaine, le confort de la cigale n’a rien à voir avec le comportement de la fourmi.

Alors, si ce n’est pas une question morale, pourquoi ne pas procéder à l’effacement d’une partie de l’ardoise des pays européens les plus endettés? C’est ballot mais la réglementation ne le permet simplement pas. La construction européenne est libérale et les statuts de la BCE sont adaptés à cette vision. Les crises qui se sont succédé ces dernières années ont certes obligé la banque centrale à soutenir l’économie européenne mais, en flirtant ainsi avec la ligne jaune, elle s’est trouvée dans le collimateur de la Cour constitutionnelle allemande. Celle-ci s’en prenait récemment encore à sa politique de rachats de titres. Faire disparaître ces derniers du bilan de la BCE n’est pas assurément la solution préconisée par la cour allemande. Au final, ce combat entre le bon sens et la réglementation reste très théorique et c’est certainement le plus fou. Les taux d’intérêt sont nuls et probablement pour un long moment. En conséquence, il est possible de réemprunter sans coût le jour où l’on doit rembourser sa dette, et repousser ainsi son paiement aux calendes grecques.  

L’histoire :

– Monsieur, vous avez un découvert de 1 000 euros.

– OK, je vous fais un chèque.

RADICAUX LIBRES

Le mot « radical » trouve sa racine dans « radix », un mot latin. Il signifie lui-même « racine » et par extension « profond », « essentiel », « absolu » ou encore « révolutionnaire ». La radicalité est-elle compatible avec la liberté ? Il est trop tard pour répondre : les « radicaux libres » sont déjà parmi nous !

Au commencement était la chimie. C’est en effet dans ce domaine que les « radicaux libres » ont pointé le bout du nez pour la première fois. Pendant les réactions qui se déroulent à l’intérieur de notre organisme, les liaisons entre atomes se rompent parfois. Privés d’électrons, certains d’entre eux apparaissent totalement déboussolés. Ce sont les « radicaux libres ». Ils cherchent alors à se fixer sur les molécules environnantes, ce qui transfère le déséquilibre à d’autres. Une logique de réaction en chaîne se met en place. La présence de quelques « radicaux libres » n’est pas nocive et permet même de lutter contre les agressions de virus mais point trop n’en faut. Une quantité excessive provoque des ravages et même des cancers. Dans cette perspective, l’oxydation joue un rôle négatif. Elle est favorisée par la pollution, le soleil, la consommation de tabac et d’alcool bien sûr, bref tous ces éléments qui désignent si bien nos sociétés. Les anti-Occident, pardon antioxydants, viennent opportunément à notre secours. Mangez des pommes, de la mâche, des choux, des rattes et versez-vous du thé.

Ces observations résonnent avec des événements récents. Ne vous prenez pas la tête. Si vous croisez dans la rue un être qui hurle « Allah akbar » avec un objet tranchant à la main, gardez vos distances ou vous pourriez perdre la vôtre. C’est une mesure de précaution qui ne jette l’opprobre ni sur les musulmans dans leur ensemble, ni  sur ceux qui pratiquent l’art du coutelier, mais voilà, être informé que des « radicaux libres » se trouvent dans notre proche environnement nous stresse. Précisons que la liberté dont il est question ici est d’abord physique puisque, par définition, les fanatiques religieux ne sont pas caractérisés par une grande ouverture d’esprit. Une liberté est pourtant revendiquée par les islamistes, c’est celle de rejeter l’Occident et sa superficialité. Entre le droit de ne pas boire d’alcool et celui de ne pas en voir, il y a une cependant une nuance. Les limites de la liberté mériteraient au moins un débat en classe de philosophie. Hélas, il s’agit d’une matière qui, comme la biologie, l’histoire et la gymnastique est susceptible d’indisposer ceux qui chantent à tue-tête les louanges de leur Dieu capiteux.

Il existe d’autres catégories de « radicaux libres ». La constellation des « Insoumis » en constitue un remarquable spécimen. Sa radicalité est attestée par un positionnement politique originel à la gauche du Parti socialiste (à l’époque où il existait). Cette agglomération hétéroclite d’anciens communistes, d’écologistes, d’indigénistes, d’antisystèmes est cimentée par une critique fondamentale de notre société – d’où l’étiquette d’« insoumis », synonyme de révolte. Pour ce qui est de la liberté, le refus de suivre le troupeau de ceux qui courbent l’échine l’atteste théoriquement. C’est beaucoup plus compliqué dans les faits. Il semble bien que, quand le chef choisit ses têtes, les adhérents se contentent de hocher la leur. Et pour le coup, le petit père Mélenchon, il en a des têtes. Ainsi, il déteste les Allemands, allant jusqu’à se réjouir d’une contre-performance teutonne en Coupe du monde face… à la Corée du Sud (s’agit-il d’une confusion avec la Corée du Nord ?) mais il a également dans le pif les Tchétchènes, les Tibétains, sans oublier le CRIF qui est censé contrôler les élections de nombreux pays dans le monde.  

La pandémie actuelle a conduit à l’émergence d’un nouveau groupe de « radicaux libres ». Il est apparu au fil du temps qu’une partie de la population considérait que le port du masque était une obligation plutôt désagréable – ce que les sondages confirment bizarrement. A partir de là, des collectifs se sont organisés, ont appelé à manifester, voir à désobéir : bas les masques ! L’argument de la privation de liberté est compréhensible. Bien que certains regards soient expressifs, avec un masque, il nous est désormais impossible de montrer aux personnes que nous croisons dans la rue que nous ne ressentons aucune sympathie envers elles. La dimension radicale repose sur l’idée que le port du masque n’est qu’un prétexte au renforcement du contrôle de l’Etat sur nos vies. Selon que la liberté ou la radicalité est mise en avant, ces mouvements prennent des colorations très différentes. En Allemagne, la contestation revêt souvent une forme politique. En Belgique, la problématique de la liberté prédomine. Les mauvaises langues ajoutent que les Belges désirent reprendre la tête du classement du nombre de morts par habitant. Dépassée par le Pérou, la Belgique n’est plus actuellement que deuxième.

Il serait ridicule de réunir les trois familles de « radicaux libres » sous un même étendard ou de parler de « convergence des luttes » même si rien d’interdit, surtout pas, à chacun de militer simultanément dans plusieurs de ces groupes. Néanmoins, quelques points communs ressortent. La passion affichée de la liberté est le premier d’entre eux. Lorsque l’on vit dans une démocratie politique, cette obsession paraît quelque peu mystérieuse. De surcroît et curieusement, la radicalité de ces trois ensembles partagent une inclination pour une partie du corps, la tête. Nul n’ignore que, chez les islamistes, la décapitation est la peine de mort par excellence. Pour ce qui est des « Insoumis », il faut se souvenir que le mot « capitalisme » vient de « caput », tête en latin. Etre anticapitaliste équivaut donc à s’en prendre à la tête du système. Enfin, si l’on en vient aux anti-masques, le rapprochement est encore plus immédiat. L’objet de la discorde est censé être arboré au niveau du visage. CQFD. 

La maxime :    

Pour le masque, c’est pas le pied

Utilise ta tête