LE COUP D’ETAT PERMANENT

Les élections législatives viennent de se terminer. Les commentateurs se déchirent sur leur interprétation. Enfin, un peu de passion sur cette mer désespérément étale et silencieuse. Il était temps. Cela dit, ne s’agissait-il pas du calme qui annoncerait la tempête ?  

On ne dira jamais assez que les chiffres sont aisément manipulables. C’est d’ailleurs à cette fin qu’ils ont été créés : faciliter la vie des hommes. Dans les controverses idéologiques, c’est pareil. Je picore, je picore et je retiens les données qui conviennent à ma vision du monde. Je suis un blanc suprématiste américain. Alors, je note que 65 personnes sans armes sont tuées par la police aux Etats-Unis. Parmi elles, on comptabilise 23 Afro-Américains à mettre en rapport avec les 7 500 Afro-Américains victimes d’homicide annuellement aux Etats-Unis. A partir de cette mise en perspective quantitative, je souligne que le battage fait autour de mort de George Floyd et l’essor de « Black live matter » sont disproportionnés. Ce faisant, je fais semblant de ne pas voir que, dans l’émotion qui s’est manifestée, ce sont des siècles d’injustices, de traitement différencié qui sont ressortis d’un coup lorsque Floyd s’est retrouvé écrasé par le genou d’un policier. En sens inverse, je suis islamo-gauchiste français : je compare les morts causées par le terrorisme aux victimes d’accidents de la route pour expliquer que la peur d’éventuels attentats est ridicule… tout en justifiant les motivations de leurs auteurs s’il y en avait.

Si l’on revient aux élections législatives maintenant, il y a un point qui fait l’unanimité. Emmanuel Macron a pris une claque retentissante. C’est la première fois qu’un Président qui vient d’être élu est ainsi mis en difficulté, et cela avant même d’avoir bougé le petit doigt. Son premier mandat n’a manifestement pas laissé un excellent souvenir. Il va devoir composer, et pire qu’avec la gauche, avec Edouard Philippe, François Bayrou et la droite anti-Macron. Au-delà de ce constat, on entre dans une zone de turbulence où la mauvaise foi et la malhonnêteté rivalisent hardiment. La bataille visant à déterminer quel parti a remporté le plus de voix au premier tour a été pathétique, pas du genre à réhausser le niveau du débat politique aux yeux des abstentionnistes.

– Eh, ici j’ai 21 000 voix que tu n’as pas comptées, bonhomme !

– Je les compterai pas, euh. Je les compterai pas, euh, nananère. Et il n’y en a pas 21 000 d’abord.

La mienne est plus grande que la tienne. On aurait pu et dû s’arrêter à ce match nul qui est une grosse défaite pour Emmanuel Macron.  

Pour le reste, la création de la NUPES a mécaniquement permis à la gauche compatible avec la mélenchonie de doper son nombre de sièges. Il s’agit toutefois d’une progression en trompe-l’œil. En pourcentage des suffrages exprimés, il n’y a guère de raisons de se réjouir. Globalement, la gauche ne progresse pas significativement depuis 2017. Malgré tout son ramdam, le leader de la France Insoumise n’a attiré que 11 % des inscrits au premier tour. Si l’on ajoute la progression de l’extrême-droite en France, le paysage politique rend plutôt comique sa revendication d’être désigné, « élu » avait-il dit, Premier Ministre. La France est devenue un pays majoritairement de droite ou d’extrême-droite.  Mélenchon l’avait bien compris en invitant les « fachos pas trop fâchés » à le soutenir – les « fâchés pas trop fachos » corrigera-t-il plus tard prétextant un lapsus dans une tirade où il affirmait pourtant un impeccable patriotisme. Ce n’est pas surprenant : Mélenchon se perçoit en fait avant tout comme un fédérateur des antisystèmes, qu’ils soient rouges et des bruns. A cet égard, l’abstentionnisme lui offre paradoxalement une voie avec issue. Si les gens ne votent pas, les élus ne représentent pas le peuple.

Dans un petit opus aussi revigorant que provocateur, « La destitution  du peuple », Jean-Claude Milner fait ressortir les conditions de possibilité d’une telle approche. Comme le mot « pouvoir » sonne particulièrement creux, « souveraineté » lui a été préféré. Jean Bodin la définit comme la « puissance absolue et perpétuelle » qui peut « donner et casser la loi ». Les constitutions dans le monde n’appréhendent pas cette notion de manière uniforme. Dans celle des Etats-Unis, le peuple parle à la première personne : « Nous, peuple des Etats-Unis… nous décrétons… ». La logique est d’inclusivité. Les promoteurs de réformes cherchent à obtenir l’assentiment de leurs concitoyens. C’est pour cette raison que l’invasion du Capitole le 6 janvier 2021 par des hordes de Vikings a été perçue comme un outrage par la quasi-totalité de la population américaine. Donald Trump n’a probablement pas fini de payer la note pour avoir attisé les braises ce jour-là. Par contraste, dans les constitutions françaises, y compris l’actuelle, il est habituellement écrit : « La souveraineté nationale appartient au peuple »… mais qui est le peuple ? L’exclusion des nuisibles est envisageable.

Mélenchon sait qu’il n’accédera jamais au pouvoir en respectant les règles du jeu politique. Alors, il attend secrètement un alignement improbable des planètes. En 2017, son camp avait un temps hésité avant de finalement reconnaître sa défaite à la présidentielle. Que ses bataillons d’insoumis prennent d’assaut le Parlement, et il n’y verra nul sacrilège mais, au contraire, une réappropriation du pouvoir par le bon peuple. De ce point de vue, chaque protestation sociale est perçue comme une opportunité. L’essentiel est d’être dans la rue. Vive les « gilets jaunes » et les anti passe sanitaires – dommage que l’on ait trouvé chez ces derniers Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot en tête de cortège. Dans le même ordre d’idée, presque tous les élus sont insultés, vilipendés, traînés dans la boue. La justification est simple : malgré leur élection, ils manquent de respect au peuple. Idem pour la police et les institutions. Comme en Afrique du Sud, le racisme est d’Etat assurément. Pour ces révolutionnaires d’opérette, il n’est d’autre choix que de mettre à genoux les (déjà) soumis dont la posture ne mérite pas qu’on les traite en égaux. Il faut leur imposer cette vérité qu’ils refusent de voir. Contrôle de la violence, contrôle de l’information et charisme individuel : il est dans les starting-blocks, Jean-Luc. Dans une France ingouvernable, il pourrait bien fixer rendez-vous à son peuple dans la rue.

La maxime (Sacha Guitry) :

Les révolutions sont toujours faites au nom de principes admirables, formulés par deux ou trois

grands hommes mécontents de leur sort et qu’on n’a pas couverts d’honneurs comme ils le méritaient